Construction Navale
Saint-Nazaire repousse les essais en mer du MSC Virtuosa après l’été
ABONNÉS

Actualité

Saint-Nazaire repousse les essais en mer du MSC Virtuosa après l’été

Construction Navale
Croisières et Voyages

Initialement prévus début juillet, les essais en mer du nouveau paquebot construit par les Chantiers de l’Atlantique pour l’armateur italo-suisse MSC Cruises ont été reportés après l’été, a appris Mer et Marine auprès du constructeur nazairien. Ils devraient finalement se dérouler à la mi-septembre, sous réserve comme d’habitude que les conditions météo requises pour sortir des formes soient au rendez-vous. Avant cela, le MSC Virtuosa (H34) passera en cale sèche en juillet dans le bassin C, où il se trouve depuis sa mise à l’eau et sa sortie de la forme de construction le 29 novembre 2019. Il bénéficiera d'un carénage et de différentes interventions techniques. Sistership du MSC Grandiosa (G34), livré en octobre dernier, ce paquebot de 331 mètres de long pour 43 mètres de large affiche une jauge de 181.500 GT et comptera 2440 cabines. Sa mise en service, initialement prévue en octobre, est pour l’heure repoussée à début 2021. Quant à sa date officielle de livraison, qui déclenche le paiement final de la commande, des discussions sont en cours entre l’armateur, le chantier et Bercy.

 

Le MSC Virtuosa hier matin dans le bassin C (© BERNARD BIGER - CHANTIERS DE L'ATLANTIQUE)

Le MSC Virtuosa hier matin dans le bassin C (© BERNARD BIGER - CHANTIERS DE L'ATLANTIQUE)

 

Le report des essais mer est en tous cas logique car directement lié à la crise sanitaire et à l’arrêt de l’activité aux chantiers pendant la période de confinement. Avec la remontée en puissance progressive, les projets ont en moyenne pris environ deux mois de retard. Ce qui n'est évidemment pas dramatique, et même plutôt arrangeant, pour les armateurs dans le contexte actuel où toute la flotte mondiale de paquebots est encore à l'arrêt. 

Il en est de même pour le prochain détenteur du titre de plus gros paquebot du monde, le futur Wonder of the Seas (C34) dont l’assemblage, suspendu en mars, a repris en mai. Sa mise à l’eau, prévue à l’origine début juillet, a été reportée en septembre. Quant à la livraison de ce nouveau géant à la compagnie américaine Royal Caribbean International, programmée avant la crise entre mai et juin 2021, on ne sait pas encore si elle glissera et, si tel est le cas, de combien de temps. Fin mai, le C34 en était à 80% d’achèvement de sa coque, 25% des travaux d’armement étant réalisés.

 

Le futur Wonder of the Seas en cours d'assemblage le 15 juin (© MER ET MARINE)

Le futur Wonder of the Seas en cours d'assemblage le 15 juin (© MER ET MARINE)

Vue du futur Wonder of the Seas (© RCI)

Vue du futur Wonder of the Seas (© RCI)

 

Mis sur cale en octobre 2019, il sera un peu plus volumineux que ses deux aînés, l’Harmony of the Seas (A34) et le Symphony of the Seas (B34), sortis des chantiers nazairiens en 2016 et 2018. Long de 362 mètres pour une largeur de 47 mètres à la flottaison, le Wonder of the Seas verra sa jauge atteindre 231.000 GT, le nombre de cabines passant à 2857 (contre 228.000 GT et 2759 cabines pour le Symphony of the Seas). Il doit normalement être exploité sur le marché chinois et être ainsi le premier géant de la classe Oasis déployé par RCI en Asie.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire MSC Cruises | Toute l'actualité de la compagnie de croisière et de ses paquebots