Disp POPIN non abonne!
Croisières et Voyages
Saint Nazaire : Royal Caribbean veut construire trois Oasis supplémentaires
ABONNÉS

Actualité

Saint Nazaire : Royal Caribbean veut construire trois Oasis supplémentaires

Croisières et Voyages
Construction Navale

Bonne nouvelle en perspective pour les chantiers de Saint-Nazaire, qui négocient la construction de nouveaux paquebots géants avec l’armateur américain Royal Caribbean International. Après l’Harmony of the Seas en 2016, RCI vient de prendre livraison chez STX de son sistership, le  Symphony of the Seas, qui a pris le titre de plus gros paquebot du monde avec une jauge d’un peu plus de 228.000 GT, pour une longueur de 362 mètres et 2759 cabines. « Ce navire constitue le meilleur de ce que propose la compagnie. La classe Oasis, qui a commencé avec deux premiers navires mis en service en 2009 et 2010 (l’Oasis of the Seas et l’Allure of the Seas, réalisés en Finlande, ndlr) est un vrai succès. Ces bateaux sont incroyablement populaires. Ils apportent une expérience unique ont un taux de satisfaction très élevé. Nous construirons un cinquième Oasis, qui arrivera en 2021 et nous avons ensuite des options », a expliqué hier Michael Bayley, président de Royal Caribbean International.

 

Michael Bayley  (© : SBW PHOTO)

Michael Bayley  (© : SBW PHOTO) 

 

Livraisons prévues en 2023 et 2026

Michael Bayley n’a pas donné plus de précision. Toutefois, selon nos informations, la commande de deux nouveaux géants est en discussion avec les chantiers nazairiens, pour un montant de plus de 2 milliards d’euros. Le premier, comme nous l’avons déjà évoqué lundi dans notre article faisant l'état des lieux du plan de charge de STX France, est bel et bien prévu pour 2023. Plus surprenant en revanche, la compagnie a, toujours selon nos sources, comme objectif de disposer d’une septième unité de ce type à l’horizon 2026, soit 17 ans après la mise sur le marché de la tête de série. Du jamais vu dans l’industrie de la croisière. Il faut dire que les Oasis rencontrent un succès considérable auprès des vacanciers et qu’au fil des navires, des améliorations, évolutions techniques et innovations sont intégrées. Ainsi, la consommation de carburant de l’Harmony, devenu le navire le plus rentable de la compagnie, s’est révélée 20% inférieure à celle de ses deux aînés. Et le Symphony fait encore mieux, avec un gain supplémentaire de 10 à 15%. Les Oasis sont donc une vrai success story pour Royal Caribbean, et une affaire particulièrement lucrative.

Pas d’allongement significatif pour le 5ème

Il avait un temps été envisagé d’allonger significativement l’Oasis 5 (connu à Saint-Nazaire sous le nom C34), notamment dans la perspective d’intégrer une propulsion fonctionnant au gaz naturel liquéfié. Cette option a néanmoins été abandonnée et le navire sera juste un peu plus gros que le Symphony. « Nous les faisons toujours un peu plus grands, de quelques centimètres, comme ça chaque Oasis devient le plus gros paquebot du monde », sourit Michael Bayley, qui confirme que ce sera encore le cas avec le cinquième de la série. Quant à ceux qui doivent donc suivre en 2023 et en 2026, il reste encore du temps pour arrêter les choix techniques et les nouveautés dont ils bénéficieront. Ces paquebots seront exploités aux Etats-Unis, en Europe mais aussi vers de nouvelles destinations. L’Australie devrait ainsi voir arriver son premier Oasis vers 2020, alors que le marché chinois, pour lequel le déploiement d’un géant de cette classe est envisagé depuis plusieurs années, semble pour le moment trop incertain.

 

Le premier paquebot de la classe Quantum  (© : RCI)

Le premier paquebot de la classe Quantum  (© : RCI) 

 

Deux Quantum Ultra et quatre Icon d’ici 2027

La construction de trois nouveaux mastodontes de cette classe s’inscrit dans le cadre d’un vaste plan de développement sur 10 ans lancé par RCI, qui doit voir ses effectifs passer d’ici 2027 de 65.000 à 100.000 employés. En plus des Oasis, la compagnie travaille sur deux autres séries de navires. Réalisé par Meyer Werft en Allemagne, le Spectrum of the Seas (168.800 GT, 2100 cabines), quatrième unité de la classe Quantum (et première de la version Quantum Ultra), entrera en service en 2019, suivi  par un sistership en 2020. Alors que l’Oasis 5 (C34) sortira de Saint-Nazaire en 2021, viendra ensuite une toute nouvelle classe de paquebots. Il s’agit du projet Icon, portant sur des unités d’environ 200.000 GT et 2500 cabines, dotées d’une propulsion GNL et de piles à combustible. Leur construction a été confiée au chantier finlandais Meyer Turku. Pour le moment, deux navires de ce type ont été commandés en vue d’une livraison en 2022 et 2024. Selon nos informations, deux autres Icon doivent suivre en 2025 et 2027.

Rénovation des Voyager et Freedom

En attendant, la compagnie va investir 900 millions de dollars dans la rénovation de sa flotte actuellement en service. Il s’agit du programme Amplified de remise à neuf et d’amélioration des cinq paquebots de la classe Voyager, mis en service entre 1999 et 2003, ainsi que des Freedom livrés entre 2006 et 2008. Ils seront portés aux standards du Symphony et des Quantum, ce qui sera également le cas pour les deux premiers Oasis.

 

Le pont arrière des navire va être transformé  (© : RCI)

Le pont arrière des navire va être transformé  (© : RCI) 

 

Fondée en 1969, Royal Caribbean aligne aujourd'hui une flotte de 24 paquebots, représentant une capacité en base double de 77.000 lits. La compagnie a accueilli l'an dernier près de 4.6 millions de passagers provenant de 150 pays. 

 

Royal Caribbean Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France)