Construction Navale
Saint-Nazaire : STX sauve un paquebot pour NCL et le livrera en mai 2010

Actualité

Saint-Nazaire : STX sauve un paquebot pour NCL et le livrera en mai 2010

Construction Navale

Si la confirmation de l'abandon du second paquebot géant commandé par NCL en octobre 2006 n'était plus une surprise, des interrogations subsistaient encore sur le devenir de la tête de série du projet Fresstyle 3, mise sur cale en avril dernier aux chantiers de Saint-Nazaire. Dans le contexte actuel et compte tenu de la complexité de l'« affaire F3», le maintien de ce bateau n'était en effet pas gagné d'avance. On attendait donc l'annonce d'un accord entre STX Europe et Norwegian Cruise Line avant d'être certain que le « C33 » serait bien achevé. C'est chose faite depuis hier. Dans un communiqué commun, le constructeur et la compagnie américaine ont confirmé l'abandon d'un second bateau mais la poursuite de celui en cours de montage, et dont la coque est à 35% d'achèvement. « Avec cet accord, nous allons pouvoir nous concentrer sur l'achèvement du nouveau navire », explique Kevin Sheehan. Pour le président de la compagnie américaine : « Nous attendons avec impatience l'arrivée de notre navire du type F3 car il représente une évolution majeure pour NCL en termes de taille, de conception et d'innovation ». Avec une longueur de 325 mètres pour une jauge de 150.000 tonneaux, le C33 (n° de coque du chantier) aura 2100 cabines et dépassera largement la taille des derniers navires mis en flotte chez NCL (93.500 tonneaux et 1197 cabines pour le Norwegian Gem, livré en 2007). Il représentera également le plus volumineux paquebot réalisé par les ex-Chantiers de l'Atlantique, dépassant légèrement le Queen Mary 2 (145.000 tonneaux). Prévue initialement fin 2009 puis reportée à mars 2010, la livraison du paquebot n'interviendra finalement qu'à la fin du mois de mai 2010 (son sistership, abandonné, devait entrer en service fin 2010).

Vue initiale du projet F3 (© : DR)
Vue initiale du projet F3 (© : DR)

Dans le hit parade des plus chers paquebots jamais construits

Pour les chantiers français, qui avaient signé en octobre 2006 la plus importante commande de leur histoire (1.47 milliard d'euros pour deux navires), le coup est rude, même s'il aurait pu être encore plus dur. D'âpres négociations se sont déroulées ces derniers mois entre le constructeur et son client autour du projet, pour lequel NCL aurait souhaité des modifications sans vouloir assumer le surcoût inhérent. La compagnie devrait payer des pénalités pour l'annulation de la construction du second paquebot, le D33, dont la découpe de la première tôle était intervenue en août dernier. STX et NCL n'ont pas souhaité communiquer sur l'aspect financier de l'accord. Néanmoins, la réalisation d'un unique prototype de cette nouvelle génération devrait faire bondir la facture. Aux Etats-Unis, les media spécialisés parlent toujours d'une enveloppe de 890 millions d'euros, pénalités (100 millions d'euros) et modifications (55 millions) incluses. Cela ferait du C33 un navire presque aussi cher que l'Oasis of the Seas de RCCL. Actuellement en construction chez STX en Finlande, le plus grand paquebot de tous les temps (360 mètres, 225.000 tonneaux, 2700 cabines) affiche un coût de 900 millions d'euros.
Dans la pratique, comme nous l'évoquions dès septembre, c'est en fait le premier bateau que NCL a annulé. Toutefois, le chantier va utiliser la coque déjà réalisée pour ce dernier et y appliquer les modifications souhaitées par NCL.

Vue initiale du projet F3 (© : DR)
Vue initiale du projet F3 (© : DR)

Le chantier et ses sous-traitants face à la baisse de charge

Outre l'aspect financier, STX doit également faire face, à partir de la fin 2009, à un important creux d'activité né de l'abandon du D33. Ce trou dans le plan de charge devrait être néanmoins compensé, au moins en coque métallique, par la réalisation d'un troisième bâtiment de projection et de commandement (BPC) du type Mistral, destiné à la Marine nationale. Malheureusement, la construction de ce BPC ne fera pas vivre les milliers de sous-traitants qui travaillent sur les espaces intérieurs des navires de croisière. Les fournisseurs, qui tablaient sur deux bateaux pour NCL, vont donc devoir se réorganiser. C'est pourquoi, si Jacques Hardelay, patron des chantiers français, se dit « heureux que la construction en cours du bateau pour NCL se poursuive », il ajoute qu' « en collaboration avec nos co-réalisateurs, nous allons maintenant procéder aux ajustements de planning nécessaires pour l'élaboration de ce projet ».
Quant à l'après-2010, c'est le mystère. La crise économique, doublée de la nécessaire « digestion » par les compagnies des nombreux paquebots commandés (plus de 35 navires à livrer d'ici fin-2012), ont provoqué un arrêt des nouveaux investissements. Dans les deux ans qui viennent, les nouvelles commandes de paquebots devraient être extrêmement rares et il n'est pas exclu que, face à l'évolution de la situation, certains contrats soient même annulés. Actuellement, Saint-Nazaire travaille à l'achèvement du sistership du MSC Fantasia, le Splendida (1637 cabines), prévu pour être opérationnel en juillet prochain. Ensuite, le chantier livrera en décembre 2009 le MSC Magnifica (1275 cabines). Quant aux deux autres navires du même types annoncés cet été, les MSC Meraviglia et Favolosa (livrables en 2011 et 2012), leur construction n'est plus certaine. La semaine dernière, la compagnie MSC Croisières a, en effet, annoncé qu'elle souhaitait renégocier les prix avant de confirmer ces deux bateaux.

Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France)