Disp POPIN non abonne!
Construction Navale

Focus

Saint-Nazaire : Trois paquebots géants en construction

Construction Navale

Le chantier STX France de Saint-Nazaire poursuit sa montée en puissance avec, actuellement, trois paquebots - dont les deux plus gros du monde - à différents stades de construction. Mis à l’eau en juin dernier, l’Harmony of the Seas (connu sous le nom de coque A34), un géant de 362 mètres de long pour 227.000 GT de jauge, voit son achèvement à flot se poursuivre au bassin C. Plus de 2000 personnes sont mobilisées sur le nouveau fleuron de la compagnie américaine Royal Caribbean Internationale, qui se prépare pour sa première série d’essais en mer, programmée fin février-début mars. La mise en service de ce navire de 2700 cabines interviendra en mai.

 

Vue du futur Harmony of the Seas (© : RCI)

Vue du futur Harmony of the Seas (© : RCI)

 

La première section du B34 bientôt achevée

Pendant ce temps, STX France poursuit l’assemblage de son sistership (B34), mis sur cale le 29 octobre et dont le chantier réalise par anticipation, afin de lisser son plan de charge (et compenser ainsi le creux lié à la suspension du projet Pegasis de Brittany Ferries), une section comprenant une dizaine de blocs. Elle sera bientôt achevée et mise quelques mois sous cocon avant la reprise de l’assemblage, prévue vers l’été. Ce paquebot doit être livré à Royal Caribbean International au printemps 2018. Pour mémoire, le A34 et le B34 sont des versions améliorées et légèrement plus grosses des Oasis of the Seas et Allure of the Seas, construits en Finlande et mis en service en 2009 et 2010.

 

 

L'assemblage du MSC Meraviglia (E34) en cours

La forme A de STX France étant occupée par le B34, un autre futur géant de la croisière, livrable un an plus tôt (au printemps 2017) a vu sa construction débuter directement dans la forme B du chantier, qui se trouve dans le prolongement de la forme A et s'ouvre directement sur la Loire. Il s’agit du MSC Meraviglia (E34), premier d’une nouvelle série de navires (classe Vista) commandés par l’armateur italo-suisse MSC Cruises.

 

Vue du futur MSC Meraviglia (© : STX FRANCE)

Vue du futur MSC Meraviglia (© : STX FRANCE)

 

Trois sisterships à réaliser d'ici 2022

Doté de 2250 cabines, il mesurera 315 mètres de long et affichera une jauge de 167.700 GT. Son assemblage a débuté en octobre dernier, la traditionnelle cérémonie des pièces étant prévue le 1er février prochain. En attendant cet évènement traditionnel, le travail se poursuit dans la forme B et sur l'aire de prémontage (photos ci-dessous diffusées mardi par MSC Fans). Trois autres unités de ce type sont ensuite prévues. Commandé, le F34 sortira des chantiers nazairiens au printemps 2019. Quant aux deux suivants (G34 et H34), qui font l’objet d’une option devant encore être affermie, leur entrée en flotte est prévue aux printemps 2020 et 2022.  

 

 

Celebrity Cruises : Découpe de la première tôle du J34 en fin d'année

D’ici là, STX France aura mené à bien un autre contrat, signé avec la compagnie américaine Celebrity Cruises, filiale comme Royal Caribbean International du groupe RCCL. Ce programme, baptisé Edge, porte sur des navires de 300 mètres de long, 117.000 GT de jauge et 1450 cabines. La construction du prototype (J34), dont les études s’achèvent, débutera en fin d’année en vue d’une livraison à l’automne 2018, son premier sistership (K34) devant être achevé début 2020. Une option porte également sur un troisième navire (L34) pour la fin 2021. Les Edge seront moins gros que les Harmony et Meraviglia mais dotés de standards très élevés et d’un certain nombre d’innovations, ce qui en fait des navires très intéressants pour le chantier, d’autant qu’ils devraient arborer un design particulièrement moderne (qui n'a pas encore été dévoilé).

 

Le chantier de Saint-Nazaire (© : STX FRANCE - BERNARD BIGER)

Le chantier de Saint-Nazaire (© : STX FRANCE - BERNARD BIGER)

 

D'autres projets mais pas de commande pour Brittany Ferries

En dehors de ces navires, le chantier français est toujours en discussion avec différents armateurs pour compléter son carnet de commandes. Car, si le plan de charge est plein pour cinq ans en termes de gros paquebots, il reste encore de la place pour des navires de plus petite taille, qu’il s’agisse de la croisière ou d’autres secteurs, comme les ferries. A ce propos, on notera que la rumeur d’une commande imminente de Brittany Ferries, parue dans la presse allemande et relayée hier par des media français, n’est pas fondée, indique-t-on à Saint-Nazaire comme chez l'armateur breton.

Concernant les très gros paquebots, STX France dispose encore, même avec les options aux contrats en cours, d’un espace disponible dans sa cale de construction pour une livraison en 2021. Un « slot » qui peut intéresser différents armateurs.

 

Sous-station électrique (© : STX FRANCE)

Sous-station électrique (© : STX FRANCE)

 

EMR : L'usine Anemos va réaliser ses premières sous-stations

Enfin, on rappellera que 2016 verra la nouvelle usine Anemos, dédiée aux énergies marines, démarrer ses premières réalisations. Il s’agit de deux sous-stations électriques de 500 MW destinées à des champs éoliens offshore en Europe du nord. Deux fois plus volumineux que la sous-station livrée au groupe danois Dong en 2014, ces équipements doivent être achevés en en 2017 et 2018.

 

L'usine Anemos (© : STX FRANCE - BERNARD BIGER)

L'usine Anemos (© : STX FRANCE - BERNARD BIGER)

 

En tout, plus de 6000 personnes travaillent aujourd’hui sur le site, dont un tiers de salariés de STX France. Des effectifs qui pourraient monter à 8000 dans les toutes prochaines années. 

 

 

Chantiers de l'Atlantique (ex-STX France)