Construction Navale
Saint-Nazaire/Fincantieri : les réactions syndicales

Actualité

Saint-Nazaire/Fincantieri : les réactions syndicales

Article gratuit
Construction Navale

Suite à l’annonce mercredi soir de l’abandon du projet de reprise des Chantiers de l’Atlantique, les quatre syndicats représentatifs de l’entreprise ont globalement fait part de leur soulagement et vont suivre de près les discussions autour de nouvelles solutions. Voici les communiqués envoyés par la CFDT, la CFE-CGC, la CGT et Force Ouvrière :

CFDT

« Les Etats italiens et français ont acté, ce 27 janvier 2021, l’abandon du processus de reprise des Chantiers de l’Atlantique par Fincantieri.

Ce processus était toujours en phase d’examen par les autorités de la concurrence européenne et ce depuis bientôt deux ans ! Cette proposition de rachat, rappelons-le envisagée quand nous avions des carnets de commandes à plus de dix ans, n’a plus vraiment de sens aujourd’hui. En effet, entretemps, la crise sanitaire est passée par là, avec ses nombreuses incertitudes concernant notre marché principal, celui de la croisière.

La donne a changé pour tout le monde ! En réduisant d’autant notre visibilité sur les commandes de nouveaux navires, ce sont les perspectives industrielles et les synergies envisagées qui sont remises en question. Fincantieri a, de plus, concrétisé ses transferts de technologie vers la Chine mettant en péril le leadership européen dans la construction de paquebots. C’est très dommageable à long terme pour notre industrie.

Le rapprochement entre les deux chantiers n’aura pas lieu et c’est avec soulagement que nous prenons acte de cette décision.

Maintenant, nous restons avec un Etat largement majoritaire au capital des Chantiers. Pour la CFDT la présence de l’Etat s’avère indispensable et sécurisante.

Cependant il n’a pas vocation à rester durablement seul aux commandes d’une entreprise industrielle.

Il faut donc discuter d’un nouvel actionnariat, en prenant le temps nécessaire pour construire une solution solide et stable.

Bien évidemment, les salariés auront leur mot à dire !

La CFDT s’engage à y travailler avec tous les acteurs concernés : industriels, Etat, direction générale, collectivités et entreprises locales (COFIPME). »

CFE-CGC

« La CFE-CGC, est satisfaite de l’abandon de projet de cession des Chantiers de l’Atlantique au groupe Fincantieri.

Au-delà de la question du transfert à des chantiers chinois du savoir-faire particulier en matière d’énergie qu’ont développé les Chantiers, la situation très préoccupante du marché de la croisière due à la crise sanitaire peut faire craindre un effondrement des commandes de navires.

Dans cette situation, il aurait été très dangereux de mettre les Chantiers sous contrôle de leur concurrent à la veille d’une situation potentiellement sur-capacitaire.

La CFE-CGC le répète depuis de nombreuses années l’identité des actionnaires compte moins que leur stratégie, les moyens qu’ils y affectent, et les conséquences pour les salariés.

En conséquence, la CFE-CGC préconise :

- Que l’Etat conserve le contrôle de l’entreprise tant que la situation des clients ne sera pas stabilisée,

- de ne pas constituer un nouveau tour de table dans la précipitation,

- et de mettre cette période à profit pour concevoir un montage qui intègre l’Etat, un industriel de référence et d’autre partenaires du bassin d’emploi, dont bien sûr les salariés. »

CGT

« Le gouvernement a décidé de communiquer sur la non-conclusion de l’accord de vente à Fincantieri. De fait, le chantier de Saint Nazaire continue à être une entreprise à capitaux publics, ce qu’elle est depuis 3 ans.

Le syndicat s’est opposé à de nombreuses reprises à la vente au groupe capitaliste italien Fincantieri mais certainement pas en se berçant d’illusions sur un actionnaire français, public ou privé qui se soucierait plus des salariés du site !

Nous avons connu une multitude d’actionnaires et quelque soit leur nationalité ou leur nature, la situation sociale s’est dégradée sur le site, et alors même que nous sommes sous un actionnariat d’Etat.

Aujourd’hui, comme hier, la CGT navale est contre tout actionnaire ou repreneur qui ne s’engage pas sur les salaires, les embauches et les conditions de travail. »

Force Ouvrière

« La section FO des Chantiers de l’Atlantique se félicite de la décision commune prise par la France et l’Italie d’abandonner la vente de notre site à Fincantieri.

Dès 2017 FORCE OUVRIERE s’opposait seul à ce projet.

La section remercie toutes ses instances qu’elles soient locales, départementales, fédérales ou confédérales pour leur soutien indéfectible pendant ces 3 ans.

Les élus FO des Chantiers de l’Atlantique veilleront maintenant à ce que l’Etat reste l’actionnaire majoritaire du dernier grand chantier naval du pays afin d’assurer sa pérennité et celle de tous nos emplois.

Depuis 2017, date à laquelle l’Etat français a provisoirement nationalisé l’entreprise, nous avons tous constaté que :

- Les armateurs ont été rassurés par cette stabilité et visibilité de l’actionnariat.

- Le rapport de force avec les banques est devenu beaucoup plus favorable aussi. »

 

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire