Construction Navale
Saint-Pétersbourg : les Chantiers de l’Amirauté se relancent dans la pêche
ABONNÉS

Actualité

Saint-Pétersbourg : les Chantiers de l’Amirauté se relancent dans la pêche

Construction Navale
Pêche

Entre des brise-glaces et autres sous-marins, les chantiers russes de l’Amirauté, à Saint-Pétersbourg, renouent avec la construction de grands navires de pêche. Ils ont ainsi mis à l’eau, le 27 mars, le premier d’une série de dix grands chalutiers-usines congélateurs destinés à l’armement RRPK (Russian Fishery Company). Issu du projet ST-192, le Kapitan Vdovichenko, désormais en achèvement à flot, a été mis sur cale en janvier 2019 et doit être livré en avril 2021.

Long de 108.2 mètres pour une largeur de 21 mètres et un tirant d’eau de 8.35 mètres, ce navire de 5700 tonnes de port en lourd aura une capacité en cales de 5500 m3. Doté d’une propulsion diesel-électrique et conçu pour pouvoir atteindre la vitesse de 15 nœuds, il pourra mener des campagnes de 45 jours sans ravitaillement. Son équipage sera de 139 personnes, marins et personnel dédié à la transformation du poisson.

 

Le Kapitan Vdovichenko lors de son lancement le 27 mars (© ADMIRALTY SHIPYARDS)

Le Kapitan Vdovichenko lors de son lancement le 27 mars (© ADMIRALTY SHIPYARDS)

 

Destiné à la pêche au lieu noir et au hareng dans et autour des mers de Béring et d’Okhotsk, ce « super-chalutier », comme l’appellent les Russes, disposera d’une usine pour le traitement et la congélation du poisson, ainsi que son stockage. Il pourra produire des filets, de la chair hachée, de la farine et de l’huile de poisson, ainsi que du caviar de hareng. Il offrira notamment une capacité de production quotidienne de 60 à 80 tonnes de filets, 80 tonnes de surimi et jusqu’à 250 tonnes de farine.

C’est en octobre 2017 que ce programme a été lancé avec la commande par RRPK de six de ces chalutiers, le contrat signé avec les Chantiers de l’Amirauté comprenant une option pour quatre unités supplémentaires. Ces navires sont construits par paire, avec la livraison de deux navires par an. Ainsi, le second de la série, qui prendra le nom de Mekhanik Maslak, sera prochainement lancé. Et les deux prochains chalutiers sont déjà en construction. 

Avec ce programme, le grand constructeur naval de Saint-Pétersbourg renoue avec une activité ancienne puisqu’il avait produit plus de 30 navires pour la flotte de pêche de la défunte URSS. Il s’était ensuite presqu’exclusivement consacré aux commandes militaires, parvenant cependant à augmenter ces dernières années la part de sa production civile grâce à plusieurs séries de brise-glaces. Avec ces nouveaux chalutiers, la diversification s'accentue et la part du secteur civil dans l’activité de l’Amirauté passera cette année la barre des 30%.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.