Pêche
Saint-Pierre et Miquelon : une campagne pour tenter de retrouver l’épave du Ravenel

Focus

Saint-Pierre et Miquelon : une campagne pour tenter de retrouver l’épave du Ravenel

Pêche
Histoire Navale

Sous l’impulsion du ministère de la Mer, une importante mission de recherche va être lancée dans les jours qui viennent pour tenter de retrouver l’épave du Ravenel. Fin janvier 1962, ce chalutier de Saint-Pierre et Miquelon, parti pêcher la morue sur les Grands Bancs de Terre-Neuve, disparaissait mystérieusement avec ses 14 membres d’équipage et un photographe amateur venu suivre la marée. Un drame qui provoqua un choc considérable dans l’archipel français de l’Atlantique nord et, bientôt cinquante ans après les faits, les familles des victimes attendent toujours de savoir ce qu’il s’est passé et où a coulé le bateau, dont l’épave n’a jamais été découverte.

A partir de la fin de cette semaine et jusqu’à la mi-juillet, la plus importante opération de recherche du Ravenel conduite jusqu’ici par les autorités françaises va être menée en mer, avec le concours de la société iXblue qui déploie sur zone l’un de ses drones hydrographiques DriX, ainsi que différentes administrations, dont la Marine nationale et les Affaires maritimes, qui mobilisent notamment le patrouilleur Fulmar, le baliseur P’tit Saint-Pierre et la vedette Charente. L’opération est pilotée par le Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines (DRASSM), qui au sein du ministère de la Culture est en charge du patrimoine immergé dans les eaux françaises. En plus de ses équipes, le DRASSM va quant à lui déployer un robot sous-marin télé-opéré pour inspecter les zones d’intérêt qui seront détectées par le DriX.

 

Le Ravenel. Image d'archive publiée par Saint-Pierre et Miquelon La1ere dans son dossier spécial sur le chalutier disparu

Le Ravenel. Image d'archive publiée par Saint-Pierre et Miquelon La1ere dans son dossier spécial sur le chalutier disparu

 

La dernière marée du chalutier

Chalutier de grande pêche construit en 1960 à Saint-Malo, le Ravenel était quasiment neuf au moment de sa disparition. Bateau en acier de 32.7 mètres de long pour 7.6 mètres de large, 3.8 mètres de creux et 222 tonneaux, il était armé par la Société de Pêche et de Congélation (SPEC) de Saint-Pierre. « Le naufrage du Ravenel est sans doute celui qui a le plus intimement marqué l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon. Plac