Nautisme
Sauvetage d'un skipper de la Transat 6.50 au large des îles du Cap Vert

Actualité

Sauvetage d'un skipper de la Transat 6.50 au large des îles du Cap Vert

Nautisme

Quentin Monegier, le skipper de Tabon, a été hélitreuillé dans la nuit de samedi à dimanche par un Panther de la Marine nationale. Samedi, peu avant 18 heures, la balise de détresse du voilier, qui participait à la Transat 6.50 entre La Rochelle et Bahia, avait été déclenchée. Quentin Monegier se trouvait alors à 55 kilomètres à l'ouest des îles du Cap-Vert. Capté par le CROSS de Gris-Nez, le signal de détresse a entrainé le déclenchement d'une opération de sauvetage. « La frégate de surveillance Germinal, en mission en Atlantique, se trouve alors à environ 360 kilomètres du voilier. Elle est déroutée afin de retrouver le skipper à l'aide de son hélicoptère Panther. La frégate met le cap vers la position estimée du skipper à vitesse maximale dans le but de déployer au plus vite son hélicoptère, à la limite de son rayon d'action », explique la préfecture maritime de l'Atlantique. A 23h15, le Panther repère le skipper sur son canot de survie, le voilier ayant coulé, et l'hélitreuille. En hypothermie mais sain et sauf, le marin est transféré à bord du Germinal à 0 H 15 et pris en charge par une équipe médicale. « Quentin était sous petit spi, 1 ris dans la grand voile quand il a tapé un OFNI (Objet Flottant Non Identifié) qui a fait un trou dans le bateau. L'eau est entrée assez vite. Il a essayé de colmater la brèche, mais n'y est pas arrivé. Petit à petit, le bateau s'est enfoncé. Quentin avait de l'eau jusqu'aux genoux. Il a alors déclenché ses deux balises et a gonflé le radeau de survie. Il s'est mis dans le radeau et a attendu que l'ont viennent le chercher », a expliqué l'organisation de la course.

Transat 6,50