Défense
Sauvetage en mer : Un « plan B » à l'étude en cas d'arrêt anticipé du Super Frelon

Actualité

Sauvetage en mer : Un « plan B » à l'étude en cas d'arrêt anticipé du Super Frelon

Défense

L'Etat-major des Armées prend très au sérieux une éventuelle rupture capacitaire du Super Frelon, seul hélicoptère lourd à long rayon d'action capable de mener des missions de sauvetage hauturier. L'appareil, presque quarantenaire, doit être remplacé par le NH90 mais ce dernier a pris beaucoup de retard. La livraison des premiers exemplaires par Eurocopter n'interviendra, au mieux, qu'en novembre 2009. « Le Super Frelon est prévu pour voler jusqu'en 2011 mais si, d'ici là, il y a un problème technique majeur qui nécessite un apport financier trop conséquent, il faudra l'arrêter. De même, si le retard du NH90 est trop important, il faut prévoir une solution de rechange », a expliqué à la rédaction de Mer et Marine un officier. Regroupés au sein de la flottille 32F de l'aéronautique navale, seuls 8 Super Frelon sont encore en service et maintenir le potentiel de ces machines et des équipages devient un véritable casse-tête. Ainsi, en avril, la marine a été contrainte d'arrêter durant 15 jours les Super Frelon. « On tenait l'alerte mais on n'arrivait plus à assurer la formation des équipages ». Les missions ont alors été reportées sur les Dauphin et Panther, hélicoptères légers ayant des capacités beaucoup plus réduites que celles de leur grand frère. « Le Super Frelon est le seul appareil à pouvoir assurer des missions de service public lourd et hauturier. Il peut intervenir

SNSM | Toute l'actualité de la société nationale de sauvetage en mer Aéronautique navale | Toute l'actualité des aéronefs et flottilles de la marine Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française