Disp POPIN non abonne!
Marine Marchande
Scan Reach, un système embarqué de localisation des personnes à bord

Actualité

Scan Reach, un système embarqué de localisation des personnes à bord

Marine Marchande

« Au début, nous surnommions notre système "Superman", puisqu’il voyait à travers les murs ». John Roger Nesje est le président d’une entreprise de Bergen spécialisée dans l’internet des objets et travaillant, depuis sa création en 2015, sur le marché maritime et offshore.

A la base de la création de la PME, une idée, celle d’amener la connectivité à l’intérieur des navires. « Les bateaux sont désormais ultra-connectés vers la terre qui reçoit toutes les données souhaitées en temps réel. Nous, ce que nous voulions, c’est utiliser les outils numériques à l’intérieur du navire, notamment pour permettre la localisation en temps réel de tous ceux qui se trouvent à bord. Le but étant évidemment d’améliorer la sécurité en cas de problème ou de situation d’urgence ».

 

 

Pour cela, la société norvégienne est partie du principe que le Wifi ne fonctionnait pas bien dans un environnement constitué de cubes d’acier. Les ingénieurs ont donc imaginé un réseau maillé, avec des relais plug and play installés un peu partout dans le navire et, pour les marins, des bracelets connectés. Le principe du réseau maillé repose sur des « hôtes » relais connectés en peer-to-peer les uns aux autres. Ce qui signifie que chacun de ces nœuds peut recevoir, envoyer et relayer les données de manière autonome. Si l’un d’entre eux ne fonctionne pas, les autres prennent le relais.

« Cette option nous a semblé la meilleure pour les bateaux, parce qu’elle permet de s’affranchir de l’installation de kilomètres de câbles. Nos modules relais s’installent facilement sur une prise électrique et fonctionnent sans installation ou formation particulière ». L’ensemble de ce réseau est relié à une console centrale, qui peut passer en mode batterie en cas de black, et qui permet de donner une cartographie en temps réel du bateau et notamment de la localisation des marins. « Les bracelets connectés se portent comme des montres, sont étanches et disposent d’un accéléromètre ce qui permet de savoir si la personne l’a retiré ou si elle ne bouge plus. Il y a également un bouton d’alarme qui permet de faire savoir immédiatement à la passerelle s’il y a un problème ». Les relais peuvent être installés partout, même en atmosphère explosive, où il y a de l’électricité et pourront être loués à l’année de manière à pouvoir les faire évoluer.

« Nous visons d’abord les équipages mais on peut imaginer ce système sur les bateaux de croisière, par exemple combiné avec les cartes qui servent de clé et de moyens de paiement ». Trois bateaux sont actuellement en train de tester le système : le chalutier Atlantic Star, le navire de construction offshore North Sea Giant et le patrouilleur KNM Magnus Lagabøte des garde-côtes norvégiens.