Défense
Schiebel va muscler la version navale de son drone Camcopter S-100

Actualité

Schiebel va muscler la version navale de son drone Camcopter S-100

Défense

Forte de son expérience sur le patrouilleur français L’Adroit, Schiebel va développer les capacités de son drone aérien Camcopter S-100 pour les applications navales. La société autrichienne annonce qu’elle travaille actuellement avec différents équipementiers pour intégrer sur son UAS (Unmanned Aerial System) un radar optimisé pour la surveillance maritime et un dispositif de guerre électronique passif de type ESM (Electronic Support Measures) qui permet de détecter, analyser, caractériser et identifier les émissions radar. La mise en œuvre de nouveaux moyens électro-optiques est également à l’étude. L’intégration de ces capacités constituera une première pour un UAS léger de ce type.

 

 

Le Camcopter S-100 sur L'Adroit (

Le Camcopter S-100 sur L'Adroit (© SCHIEBEL)

 

 

Déployé depuis le mois de janvier sur L'Adoit 

 

 

C’est à l’automne 2011 que le Camcopter S-100 a réalisé son premier appontage sur le patrouilleur hauturier d’expérimentation L’Adroit, prototype de la gamme Gowind OPV réalisé sur fonds propres par DCNS et mis à disposition de la Marine nationale pendant trois ans. Après avoir mené à bien différents essais, l’engin a été déployé en opération à partir du printemps 2012 à l’occasion de la mission Thon rouge de police des pêches en Méditerranée. L’Adroit l’a également utilisé pour le contrôle de l’immigration clandestine. Dans le cadre des études menées autour de la préparation du futur programme de drone SDAM (Système de Drones Aériens pour la Marine), la Direction Générale de l’Armement a fait l’acquisition d’un Camcopter S-100 en juillet 2012. Mis à disposition du Centre d'expérimentations pratiques et de réception de l'Aéronautique navale (CEPA/10S), l’appareil, qui a été malheureusement perdu accidentellement le mois suivant au large de l’Afrique, a été remplacé l’hiver dernier par un nouvel engin. Ce dernier est depuis le 17 janvier sur L’Adroit, qui achèvera le mois prochain son premier grand déploiement. Le bâtiment a utilisé son drone embarqué pendant les différentes missions et opérations auxquelles il a participé en mer Rouge, océan Indien et Asie (lutte contre le terrorisme, les trafics illicites et la piraterie, surveillance maritime...).

 

 

Le Camcopter S-100 sur L'Adroit (

Le Camcopter S-100 sur L'Adroit (© SCHIEBEL)

 

 

Outil d'observation et d'aide à la décision

 

 

Depuis le début de l’année 2012, le Camcopter S-100 a réalisé depuis L’Adroit 120 heures de vol pour 190 décollages. Capable de communiquer en direct les informations collectées par sa boule optronique (images TV et IR), le drone, piloté depuis la passerelle du patrouilleur, agit comme un capteur déporté, apportant au bâtiment de précieuses informations et servant d’outil d’observation et d’aide à la décision. Il offre, ainsi, une vision plus lointaine de la situation pour un coût bien moindre que celui d’un hélicoptère, tout en étant plus discret. Un moyen également intéressant pour certaines missions dans des zones à risques, où l’envoi d’un équipage est dangereux.

Présentant une masse de 200 kilos, avec la capacité d’embarquer une charge utile de 50 kilos, le Camcopter S-100 mesure 3.1 mètres de long et dispose d’un rotor de 3.4 mètres de diamètre. Capable de voler durant 6 heures, sa vitesse va de 55 à 120 nœuds. En raison des mouvements de plateforme sur un bâtiment, il dispose d'un harpon permettant de le maintenir sur la grille d'appontage de la plateforme hélicoptère depuis laquelle il est déployé. 

Drones Marine nationale