Science et Environnement
Science : Alliance franco-allemande dans les technologies sous-marines

Actualité

Science : Alliance franco-allemande dans les technologies sous-marines

Science et Environnement

Fédérer et de développer les compétences des ingénieurs, techniciens et scientifiques de quatre instituts français et allemands dans le domaine des technologies sous-marines pour les sciences marines. C'est l'objectif du Groupement de Recherche Européen (GdRE) porté par l'Institut Alfred Wegener pour le recherche polaire et marine (dépendant de l'Association Helmholtz), du Centre pour les sciences marines de l'environnement de l'université de Brème, du CNRS et de l'Ifremer. Les quatre organismes ont signé, le 16 décembre, un document relatif à la création du GdRE. « L'étude des océans constitue aujourd'hui et pour les décennies à venir, un des plus grands défis scientifiques et technologiques. Les avancées majeures dans l'étude et la compréhension des sciences marines ont toujours été intimement liées aux innovations réalisées dans le domaine des technologies marines et sous-marines », expliquent l'AWI, Marum, le CNRS et l'Ifremer.
Les quatre organismes ont donc décidé d'allier leurs forces. Ils se sont fixés comme objectif, d'ici trois ans, de promouvoir l'interopérabilité de leurs systèmes sous-marins, en facilitant les échanges de navires océanographiques, de technologies embarquées et de charges utiles pour les robots de type AUV (Autonomous Underwater Vehicle, véhicule sous-marin autonome) et ROV (Remote Operated Vehicle, véhicule télé-opéré), ainsi que les observatoires fond de mer. Les membres du GdRE ont, ainsi, prévu de partager les coût de fonctionnement et d'investissement, en participant de manière collective aux grands projets européens océanographiques (Hermione, Esonet Noe, EMSO, Eurofleets...).
Les premiers développements communs seront, quant à eux, consacrés à une nouvelle génération d'engin autonome sous-marin, le H-ROV (pour Hybrid Remotely Operated Vehicle), ainsi qu'à la mise en oeuvre de caméras Haute Définition 3D.

Vue de la nouvelle génération de H-ROV  (© : IFREMER)
Vue de la nouvelle génération de H-ROV (© : IFREMER)

Vue de la nouvelle génération de H-ROV  (© : IFREMER)
Vue de la nouvelle génération de H-ROV (© : IFREMER)

A moyen terme, c'est-à-dire d'ici 4 à 5 ans, les membres du GdRE comptent travailler de manière coordonnée avec les autorités compétentes nationales et européennes, dans les appels à projets ayant un fort positionnement dans le domaine de la technologie sous-marine. Il s'agit, pour eux, de mobiliser des financements pérennes sur les thématiques émergentes dans les années à venir (ressources minérales, biodiversité, sismologie sous-marine...). Une attention particulière sera apportée également à un véritable programme d'échanges d'étudiants et de post-doctorants entre les quatre instituts.
Enfin, à long terme, les organismes impliqués ambitionnent de contribuer au développement et au rayonnement (dans ses objectifs scientifiques, sa vision, son organisation) du Centre Européen de Technologies Sous-Marines (CETSM), dont le bâtiment sera inauguré à La Seyne-sur-Mer, sur le Centre Ifremer Méditerranée, au second semestre 2012.

IFREMER | Actualité de l'institut de recherche marine