Défense
Scorpene : The Australian devra remettre à DCNS les documents en sa possession

Actualité

Scorpene : The Australian devra remettre à DCNS les documents en sa possession

Défense

La Cour Suprême de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud, en Australie, a confirmé hier la décision provisoire rendue le 29 août à l’encontre du quotidien The Australian, par lequel est intervenue la « fuite » de documents relatifs à la version indienne des sous-marins du type Scorpene (voir notre article du 25 août). Bien que les données publiées par le journal n’étaient pas critiques et, aux dires des spécialistes, ne pouvaient nuire aux opérations des futurs bâtiments, DCNS, sous le feu d’une possible campagne de déstabilisation, avait immédiatement lancé une procédure auprès de la justice australienne (sur la base d’une diffusion sans autorisation de documents dont le groupe français a la propriété). Suivant le jugement de la Cour suprême de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud, The Australian, qui a déjà supprimé suite à la première décision du 29 août les documents mis en ligne sur son site Internet, devra remettre à DCNS « l’ensemble des pièces en sa possession et se voit interdire la diffusion de tout nouveau document n’ayant pas vocation à être public », explique l’industriel français, qui s’est dit satisfait de la décision de la justice australienne.  

En parallèle de cette action, DCNS a porté plainte contre X pour abus de confiance, recel et complicité auprès du parquet de Paris. Alors que The Australian a parlé de 22.400 pages de documents détaillés sur le Scorpene, une enquête est en cours pour déterminer la véracité des informations recueillies par le quotidien et, surtout, identifier l’origine de la fuite comme les individus qui pourraient être derrière une potentielle manœuvre destinée à nuire à DCNS.

Naval Group | Actualité industrie navale de défense