Défense
Scorpène brésilien : Dernière jonction à Cherbourg

Actualité

Scorpène brésilien : Dernière jonction à Cherbourg

Défense

DCNS a achevé la dernière jonction des tronçons de la section de sous-marin réalisée à Cherbourg pour le premier des quatre Scorpène commandés par le Brésil. Le soudage des sections 3 et 4 permet de constituer la partie avant du sous-marin. Débuté le 8 décembre et ayant duré quatre jours, ce travail a été réalisé par une équipe de 12 soudeurs franco-brésilienne, le contrat comportant un important volet de transfert de technologie. Des équipes brésiliennes sont donc venues se former à Cherbourg pour acquérir les compétences nécessaires à la poursuite du programme au Brésil. Le premier sous-marin sera en effet achevé par le nouveau chantier Itaguaï Construções Navais (ICN) de Sepetiba, qui réalisera intégralement les trois bâtiments suivants. Les soudeurs brésiliens ont reçu, dans le cadre de ce transfert de technologie, une formation de 3 mois leur permettant d'acquérir les qualifications requises. Le centre de Cherbourg accueille actuellement 36 stagiaires brésiliens, ce qui porte leur nombre à 115 depuis le début du contrat.

 Le tronçon réalisé à Cherbourg (© : DCNS)
Le tronçon réalisé à Cherbourg (© : DCNS)

Alors qu'ICN, avec l'assistance technique de DCNS, a débuté cet été la réalisation de la partie arrière du premier sous-marin, l'établissement de Cherbourg travaille donc sur la partie avant. La jonction des sections a donné naissance à un ensemble d'environ 200 tonnes, 6 mètres de diamètre et 24 mètres de long. Ce tronçon va être aménagé et équipé afin d'accueillir le central opérations, les torpilles et les auxiliaires de plateforme (eau, gaz, électricité...). Durant le premier semestre 2012, viendront s'ajouter à cette coque les caisses et grosses structures mais également le massif, les ballasts, le sas d'accès ou encore la coupole à air frais. Une fois le travail achevé, c'est-à-dire à la fin de l'été ou au début de l'automne 2012, l'avant du sous-marin sera transféré sur un cargo afin d'être acheminé au Brésil, où il sera soudé à la partie arrière, construite localement.

 Le futur Scorpène brésilien (© : DCNS)
Le futur Scorpène brésilien (© : DCNS)

La livraison du premier Scorpène est prévue en 2017, celles de ses sisterships étant programmée en 2018, 2020 et 2021. D'une longueur de 75 mètres pour un déplacement de près de 2000 tonnes en plongée, ces bâtiments présenteront un allongement d'environ 9 mètres par rapport aux précédents Scorpène, vendus au Chili, à la Malaisie et à l'Inde. Cet agrandissement permettra de loger un équipage plus important (jusqu'à 45 personnes au lieu de 30) et d'augmenter l'autonomie, avec des réserves supplémentaires pour les vivres et plus de soutes à carburant pour alimenter les moteurs diesels. Au nombre de quatre, ces derniers, fournis par MTU, auront une puissance unitaire de 600 kW. Très automatisés, les futurs sous-marins brésiliens seront dotés de tubes de 533mm, permettant la mise en oeuvre d'une vingtaine de torpilles lourdes et des missiles antinavire Exocet SM39.
En dehors des quatre Scorpène, le contrat signé en 2009 avec le Brésil porte également sur l'assistance à la conception des parties non nucléaires du premier sous-marin nucléaire d'attaque brésilien, ainsi que sur le soutien à la réalisation de la base et du chantier naval de Sepetiba.

 Le site de Sepetiba (© : DCNS)
Le site de Sepetiba (© : DCNS)

Naval Group | Actualité industrie navale de défense