Marine Marchande
Sea On Line lève 1.2 million d'euros pour lancer son système de veille optique en mer

Actualité

Sea On Line lève 1.2 million d'euros pour lancer son système de veille optique en mer

Marine Marchande

La société Sea On Line, basée en région parisienne, a levé l'an passé 1.2 million d'euros pour lancer à l'international son système innovant d'aide à la veille optique en mer. Baptisé Automatic Sea Vision, ce système, qui a nécessité cinq années de recherche, a été breveté en 2004. Selon son concepteur, qui souhaite en faire l'équivalent du GPS en termes de développement et d'équipement, l'ASV constitue « le meilleur moyen existant d'automatiser et de compléter la veille humaine dont la défaillance peut remettre en cause la sécurité d'un navire. Il permet également de renforcer la sûreté de ces bâtiments, en particulier contre les actes de piraterie ». Destiné à éviter les collisions, l'ASV est le premier système d'aide à la veille optique entièrement automatique, utilisant un dispositif permettant une surveillance sur 360° pour les navires. En complétant la veille humaine, il peut détecter toute approche dangereuse ou suspecte en mer ou au mouillage et donc renforcer la sécurité des navires. Doté de caméras fonctionnant dans les gammes de longueurs d'ondes du visible à l'infrarouge, l'ASV utilise la technologie numérique dans l'enregistrement des images en milieu mouvant. Côté traitement, il dispose d'un logiciel détectant et analysant automatiquement des données transmises par les capteurs. « L'ASV représente un saut technologique total par rapport aux systèmes existants de détection (radar, transpondeur AIS...) puisqu'il constitue la seule solution qui permet d'allier la détection automatique à l'analyse des images », affirme Sea On Line.

Shipping, offshore, yachting et sauvetage en mer

L'importante levée de fonds réalisée en 2007 doit permettre à la société de renforcer son offre et d'accélérer son développement international sur des marchés en pleine croissance. Pour y parvenir, Sea On Line a développé plusieurs configurations, adaptées aux besoins spécifiques des clients potentiels dans l'offshore, le shipping, le yachting ou encore le sauvetage en mer. « L'importance croissante du trafic maritime depuis plusieurs années a mis en exergue une augmentation des risques et des menaces en mer : persistance des collisions, émergence de nouvelles formes de piraterie et une insuffisance des capacités de détection des systèmes existants (RADAR, AIS...). Les passagers, les navires, les marchandises ainsi que les infrastructures en mer, comme les plates-formes pétrolières, restent particulièrement vulnérables ».
A ce jour les applications de l'Automatic Sea Vision sont essentiellement civiles : Sea On Line a tout d'abord développé le système pour la marine marchande, la grande plaisance et le transport de passagers afin d'améliorer leur protection anticollision. Fin 2007, l'ASV a été testé sur le ferry Rodin, de la compagnie SeaFrance, opéré dans le secteur très fréquenté du détroit du Pas-de-Calais. A la lumière des nombreux drames de la mer récemment survenus, notamment au large des côtes françaises, le concepteur de l'ASV rappelle que 80% des collisions en mer sont dues à un défaut de veille optique.