Marine Marchande
SeaFrance : Déjà 600 postes supprimés ou en passe de l'être

Actualité

SeaFrance : Déjà 600 postes supprimés ou en passe de l'être

Marine Marchande

Le plan de réorganisation de SeaFrance suit son cours, conformément au planning négocié avec les partenaires sociaux. En tout, la compagnie doit supprimer 725 postes sur un effectif total de près de 1600 personnes il y a un an. En septembre, 310 départs « non contraints » avaient déjà été enregistrés, 74 départs volontaires intervenant le mois suivant à l'issue d'une ordonnance du Juge Commissaire (la société est placée en Redressement Judiciaire le 30 juin dernier). Il y a quelques jours, 200 nouvelles lettres ont été envoyées, dont une centaine concernant des départs volontaires, suite à une seconde ordonnance du juge en novembre, permettant la mise en oeuvre de ces « licenciements urgents et indispensables » pour limiter les pertes de l'entreprise. A cela, il convient d'ajouter les départs naturels, comme les personnels ayant droit à la retraite. S'y rajoutent également les reclassements au sein de la SNCF, maison mère de SeaFrance et les retours d'une quinzaine d'agents qui y travaillaient. En tout, 600 personnels sont donc déjà partis ou sur le départ. On notera que les salariés ont la possibilité de bénéficier, s'ils le souhaitent, d'un Contrat de Transition Professionnelle (CTP). Ce dispositif, mis en oeuvre à titre expérimental par le gouvernement, vise à accompagner les personnes ayant perdu leur emploi afin de leur permettre de retrouver rapidement du travail. Le CTP est géré par Pôle Emploi, qui y affecte une équipe dédiée, qui vient en complément de l'Espace Mobilité Emploi mis en place par SeaFrance. Après l'envoi d'ultimes lettres de licenciement dans les prochaines semaines, SeaFrance compte, une fois les préavis arrivés à leur terme, ramener ses effectifs à 873 personnes, contre environ 1100 actuellement. « C'est une page socialement et humainement difficile mais indispensable pour offrir un avenir à l'entreprise », explique-t-on chez SeaFrance.

Pas de calendrier concernant un rapprochement avec un autre groupe

Dans le même temps, les discussions se poursuivent au niveau de la SNCF favorable à un partenariat avec un autre groupe afin de redresser sa filiale, malmenée par la crise, la concurrence dans le détroit et les retards pris par la mise en oeuvre de son plan de restructuration. Plusieurs candidats potentiels se seraient fait connaître. Des offres auraient été transmises à la maison mère de la Compagnie. Il n'y a, contrairement à ce que l'on pensait initialement, pas de limite connue pour déposer une offre ferme et engageante. « C'est un dossier lourd, avec pour objectif d'assurer la continuité de SeaFrance. Les parties prendront le temps qu'il faut pour l'examiner ». Si les négociations aboutissent, la société, dont le capital est aujourd'hui détenu à 100% par SNCF Participations, serait partiellement ou totalement reprise.
Pour mémoire, SeaFrance est spécialisée sur la ligne maritime Calais - Douvres. Elle y exploite trois ferries et un fréteur.

My Ferry Link (ex-SeaFrance)