Marine Marchande
SeaFrance : Droit dans le mur ?

Actualité

SeaFrance : Droit dans le mur ?

Marine Marchande

La situation de la compagnie calaisienne, confrontée à de graves difficultés financières, semble de plus en plus précaire. Début août, la presse économique annonçait que la SNCF, unique actionnaire de SeaFrance, était prête à recapitaliser sa filiale pour lui éviter le naufrage. On évoquait, alors, une enveloppe de 70 millions d'euros. Mais, pour lancer la recapitalisation de la société, le plan de redressement de l'armement doit être mis en oeuvre. Sur 1580 salariés, dont environ 1300 navigants, la direction proposait, en février, de supprimer 650 postes. Après négociations, en mai, le nombre d'emplois devant disparaître est tombé à 543, la SNCF s'engageant à reclasser 413 personnels. Comptant jusqu'à six navires entre 2005 et 2008, la flotte serait réduite aux trois ferries les plus récents (Rodin, Berlioz et Molière), auxquels s'ajouterait le fréteur Nord-Pas-de-Calais, si tant est qu'un accord soit trouvé pour l'armement de ce dernier. C'est, en effet, sur le « NPC » que la CFDT, très majoritaire dans l'entreprise, fait blocage. Le navire, qui ne réaliserait plus que deux ou trois rotations au lieu de cinq, verrait son effectif hôtelier passer de 14 à 8 personnels. Impensable pour le syndicat, qui a refusé lundi de signer l'accord sur les personnels d'exécution, accord qui aurait permis de lancer le processus du plan de redressement (pour lequel une s

My Ferry Link (ex-SeaFrance)