Marine Marchande
SeaOwl remporte le marché de remplacement du BSAD Alcyon

Actualité

SeaOwl remporte le marché de remplacement du BSAD Alcyon

Marine Marchande
Défense

La société française SeaOwl (ex-V. Navy) a remporté l’appel d’offres portant sur le remplacement, à Brest, du bâtiment de soutien et d’assistance à la dépollution (BSAD) Alcyon. Appartenant à Bourbon, ce navire construit à Dieppe en 1981 était affrété depuis 1988 par la Marine nationale. Il en est de même pour son sistership, l’Ailette (1982), positionné à Toulon. On notera que c’est la première fois, depuis l’affrètement des remorqueurs d’intervention, d’assistance et de sauvetage (RIAS) Abeille Flandre et Abeille Languedoc en 1979, que Bourbon perd l’un de ses contrats de service avec la flotte française. L’armement demeure néanmoins le fournisseur quasi-exclusif de la marine, avec les RIAS Abeille Bourbon, Abeille Liberté, Abeille Flandre et Abeille Languedoc, ainsi que les BSAD Argonaute,  Jason et Ailette.

 

Le Normand Jarl (© : SOLSTAD SHIPPING)

Le Normand Jarl (© : SOLSTAD SHIPPING)

 

Un remorqueur norvégien comme successeur

Le successeur de l’Alcyon sera le Normand Jarl. Cet ancien remorqueur ravitailleur releveur d’ancre (AHTS) livré en 1985 par le chantier norvégien Ulstein, appartient à l’armement Solstad Shipping. Exploité pendant longtemps pour les besoins des champs offshore en mer du nord, il était jusqu’en 2014 affrété par Statoil pour servir de remorqueur de sauvetage depuis le port de Skudeshaven. Le ralentissement de l’activité pétrolière a néanmoins entrainé son désarmement en décembre dernier, tout comme ce fut le cas pour d’autres navires, comme les Normand Neptun et Normand Skarven.

Du type UT 712, le Normand Jarl mesure 75 mètres de long et 16.6 mètres de large. Doté de deux moteurs Wärtsilä 12V32D pour puissance totale de 12.000 cv, ainsi que trois propulseurs en tunnel, le navire peut atteindre la vitesse de 16 nœuds. Il est équipé de moyens de lutte contre les incendies et présente une capacité de traction au point fixe de 150 tonnes, nettement supérieure à celle de l’Alcyon (60 tonnes) et presque équivalente à celle des Abeille Flandre et Abeille Languedoc (160 tonnes).

Travaux d’adaptation à Brest avant la mise en service en juillet

Prévu pour arriver début juin à Brest, le Normand Jarl va passer en cale sèche chez Damen pour être gréé en BSAD. Il va notamment recevoir une chaudière destinée à réchauffer le pétrole qu’il pourrait être amené à pomper sur des navires accidentés ou ayant fait naufrage. D’une capacité de levage de 23 tonnes, la grue de l’Alcyon, qui appartient à la Marine nationale, sera également montée à bord. Dans sa nouvelle configuration, le bâtiment pourra également mettre en œuvre différents moyens de lutte contre la pollution, dont des bras écrémeurs et des barrages flottants.

 

Les BSAD Alcyon et Argonaute (© : MARINE NATIONALE)

Les BSAD Alcyon et Argonaute (© : MARINE NATIONALE)

L'Alcyon déployant un barrage flottant (© : MARINE NATIONALE)

L'Alcyon déployant un barrage flottant (© : MARINE NATIONALE)

 

La mise en service du nouveau BSAD brestois est prévue le 1er juillet. Il battra pavillon tricolore et sera armé par un équipage exclusivement français. A cet effet, SeaOwl va recruter une vingtaine de marins, portant ses effectifs à une cinquantaine de navigants.

 

Le VN Partisan (© : MARINE NATIONALE)

Le VN Partisan (© : MARINE NATIONALE)

 

Un remplaçant pour le VN Rebel à Toulon début 2016

Grâce à ce marché, d’une durée de quatre ans, la société renforce et diversifie son pôle d’activité à Brest, où elle exploite déjà le VN Partisan, qui sert depuis 2011 aux entrainements des unités de la marine. Alors que les prestations offertes par ce navire plastron (immatriculé au Royaume-Uni mais armé avec un équipage français) sont également proposées à des flottes étrangères, comme la Royal Navy, SeaOwl propose un service analogue, à Toulon, avec le VN Rebel. Ce navire sera d’ailleurs remplacé au premier trimestre 2016 et, comme les négociations avec la marine italienne n’ont pas abouti, le futur bateau ne devrait pas, comme son aîné, être immatriculé en Italie mais arborer le pavillon français. 

 

Le VN Rebel (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le VN Rebel (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française