Marine Marchande
SeaOwl : un navire télé-opéré par satellite pour les opérations subsea en Afrique
ABONNÉS

Actualité

SeaOwl : un navire télé-opéré par satellite pour les opérations subsea en Afrique

Marine Marchande
Offshore

Se dispenser du coût d’affrètement des gros navires de services offshore et de leurs équipages pour les opérations subsea sur les champs d'Afrique de l’ouest. C’est l’objectif de la compagnie française SeaOwl, qui a entrepris de développer un bateau sans équipage pouvant être piloté depuis un centre de contrôle en France. Un navire qui pourra déployer sur demande un robot télé-opéré (ROV) chargé des missions d’inspection, de réparation et de maintenance (IMR) des installations sous-marines pétrolières et gazières.

Un navire qui n’est pas un drone, en cela qu’il ne sera pas équipé d’un système pointu d’intelligence embarquée lui permettant de conduire seul une mission préprogrammée et de réagir selon les situations opérationnelles. Ni même un engin autonome comme on en trouve déjà en Europe du nord et depuis peu en Asie, si ce n’est pour certaines séquences particulières, notamment une mise en sécurité automatique en cas de problème. L’idée, ici, est avant tout de valider techniquement et règlementairement la possibilité de télé-opérer un navire à très grande distance, d’une région du monde à une autre, par un officier de marine marchande. Un projet sur lequel SeaOwl travaille depuis quatre ans, jusqu’ici de manière plutôt discrète. « Nous avons été discrets car nous avions d’abord des verrous technologiques à lever. Les grands enjeux de ce projet sont le lien télécom, la cyber-sécurité, le logiciel de digitalisation du plan d’eau et la fiabilité de l’ensemble. Comme nous sommes une société de services mais aussi un armateur, nous menons depuis le début ce projet sur la base d’une conformité règlementaire. Nous travaillons dans cette perspective étroitement depuis plusieurs années avec les Affaires maritimes et le Bureau Veritas. Ce que nous cherchons, c’est un permis de navigation après avoir démontré que notre système est conforme aux normes SOLAS et COLREG », explique-t-on chez SeaOwl.

Un projet né de la crise du pétrole et soutenu par l’ADEME

Baptisé ROSS (Remotely Operated Service at Sea), le projet est soutenu par

SeaOwl