Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Searchmaster : Le nouveau radar de surveillance aéroporté de Thales

Défense

Il équipera l’avion de patrouille maritime français Atlantique 2 dans le cadre de sa rénovation, tout en étant proposé à l’export. Thales a dévoilé son nouveau radar aéroporté multirôle, le Searchmaster. Prévu pour équiper des avions de surveillance du sol et de patrouille maritime, des hélicoptères mais aussi des drones de type MALE, puisque son poids est inférieur à 80 kg, ce radar s’appuie sur la technologie des antennes actives. Thales a, bien entendu, profité des récents développements réalisés en la matière pour le radar RBE2 AESA, qui équipe le Rafale depuis 2012. Par rapport à un radar classique, l’antenne active apporte des avantages significatifs. En plus de sa portée, de l’ordre de 200 nautiques, le radar présente un temps de rafraîchissement très bref et réalise des fauchées, offrant une vue complète depuis l’aplomb de l’aéronef jusqu’à la limite de la portée du radar. A l’instar de ce qui se pratique avec les sonars à ouverture synthétique, comme le DUBM-44 (T-SAS) de Thales, le Searchmaster, également à ouverture synthétique (SAR), pourra produire une véritable imagerie radar, avec un niveau de résolution extrêmement élevé.  Un atout considérable, notamment pour la détection à grande distance (plusieurs dizaines de kilomètres) de mouvements au sol, provenant par exemple de véhicules ou d’individus. Une fonction GMTI (Ground Moving Target Indicator) qui permet de facto de réaliser aussi une désignation d’objectifs au sol. C’est d’ailleurs l’un des grands besoins exprimés par l’Etat-major des armées françaises, l’Atlantique 2 jouant désormais un rôle important dans ce domaine. En plus de leur emploi maritime, les appareils de la marine sont de plus en plus sollicités sur les théâtres d’opérations terrestres afin d’effectuer des missions de renseignement, de reconnaissance et de repérage de cibles, au profit notamment des avions de combat. On a ainsi vu les ATL 2 intervenir en Libye (2011), au Mali (2012) ou encore en Irak cette année.

 

Atlantique 2 (© MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Atlantique 2 (© MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

Des capacités et une robustesse accrues

 

Capable de suivre jusqu’à 1000 pistes et de discriminer petits et grands objets, le Searchmaster offrira des capacités accrues en matière de surveillance maritime (situation tactique de surface), mais aussi de patrouille maritime. Le radar est, en effet, optimisé pour détecter à longue portée de petits mobiles de surface, y compris une sortie de périscope par mer formée. Il sera également en mesure de repérer des aéronefs dans son volume de détection, même s’il s’agit de petits engins, comme des drones volant à très basse altitude. 

Combinant également un mode IFF, le nouveau radar de Thales permet de fusionner les différentes fonctions  (lutte antisurface et anti-sous-marine, surveillance maritime et terrestre et support aérien tactique) et d’optimiser les performances de chacune grâce à la nouvelle génération d’antennes actives. Celles-ci, au-delà de leurs capacités, notamment en termes d’imagerie haute résolution, se montrent également très robustes. L’AESA est, en effet, une technologie basée sur l’emploi d’une multitude de petits radars dont l’action est combinée et qui continuent de fonctionner si certains sont indisponibles. Il en découle donc un très fort taux de disponibilité.  

 

 Le Searchmaster (© THALES)

 Le Searchmaster (© THALES)

 

Les Atlantique 2 français et le marché export

 

Alors que la phase de développement du nouveau radar a été notifiée il y a un an par la Direction générale de l’armement, la mise en service du Searchmaster est attendue fin 2016/début 2017, en ligne avec la remise en service, à partir de 2018, des premiers ATL2 rénovés (sur lesquels le nouveau radar remplacera l’ancien Iguane). En tout, 15 avions doivent être mis à niveau, le programme de modernisation portant également sur l’avionique, le système de mission et la mise en œuvre de bouées acoustiques numériques.

Concernant l’export, Thales entend développer une nouvelle famille de radars de surveillance aéroportés sur la base du Searchmaster. Des équipements à antenne active qui cohabiteront avec la gamme des radars Ocean Master, dont la technologie classique est présentée comme complémentaire et répondant encore aux besoins de nombreux clients. Le Searchmaster pourrait, typiquement, être installé sur des avions de surveillance multirôle du type Falcon, de Dassault Aviation, sur des machines d’Airbus Helicopters ou encore, on l’espère chez Thales, sur le futur drone opératif (MALE - Moyenne Altitude Longue Endurance) européen. 

Thales