Défense
Second porte-avions : Une annonce commune avec les Anglais mi-juin ?

Actualité

Second porte-avions : Une annonce commune avec les Anglais mi-juin ?

Défense

Après moult tergiversations, la France et la Grande-Bretagne pourraient commander, simultanément, trois nouveaux porte-avions à la mi-juin. Le calendrier des deux pays semble en tous cas plaider pour cette thèse, alors que le projet a fait l'objet de vives attaques dans l'Hexagone ces dernières semaines. La construction d'un second porte-avions (PA2), destiné à assurer la permanence du groupe aéronaval durant les périodes d'entretien du Charles de Gaulle, « serait utile » a indiqué mi-mai Claude Guéant lors d'une interview sur RTL. Le secrétaire général de l'Élysée a précisé à cette occasion que la décision de construire ou non ce navire dépendait de critères budgétaires. S'appuyant sur les conclusions du Livre Blanc sur la Défense, Nicolas Sarkozy, très favorable au projet durant la campagne présidentielle, rendra son arbitrage mi-juin, lors d'un Conseil de défense, a précisé Claude Guéant. Or, c'est également mi-juin que, selon le Financial Times, le gouvernement britannique devrait officialiser la commande des Queen Elizabeth et Prince of Wales (programme CVF).

 Vue du CVF britannique (© : ROYAL NAVY)
Vue du CVF britannique (© : ROYAL NAVY)

Ces deux porte-avions sont, avec le PA2, le fruit d'études réalisées conjointement par les industriels français et britanniques suite à un accord de coopération signé en mars 2006. De l'autre côté du Channel, la presse évoque un coût final de 5 milliards d'euros pour les deux unités, dont la livraison est prévue en 2014 et 2016. Ce budget semble correspondre à l'enveloppe prévue par DCNS et Aker Yards, qui seront en charge de la réalisation du PA2. Les informations selon lesquelles le coût du bâtiment aurait explosé, pour atteindre 3.5 milliard d'euros, ont en effet été vigoureusement démenties. La Délégation Générale pour l'Armement maintient que l'enveloppe prévue reste de 3 milliards d'euros. Et, du côté industriel, on rappelle que sur cette facture, la TVA représente 500 millions. Or, « jusqu'à preuve du contraire, ce que le ministère de la Défense va débourser en TVA retombera via Bercy dans les caisses de l'Etat ».
D'une longueur de 283 mètres pour un déplacement de plus de 70.000 tonnes en charge, le PA2 est conçu pour embarquer 40 appareils, soit 32 Rafale, 3 Hawkeye et 5 hélicoptères NH90.

Naval Group | Actualité industrie navale de défense