Marine Marchande
Sécurité maritime : La démultiplication des menaces

Actualité

Sécurité maritime : La démultiplication des menaces

Marine Marchande

Terrorisme, piraterie, narcotrafic, pêche illicite, immigration clandestine... Les Etats sont confrontés à une démultiplication des menaces en mer et doivent prendre des mesures adaptées. La médiatisation de quelques détournements retentissants, comme celui du Ponant en avril 2008, a mis en lumière l'essor de la piraterie en océan Indien. Le problème est d'autant plus grave que les pirates somaliens sont basés aux abords de voies de communications maritimes majeures, à commencer par les flux de matières premières et les conteneurs transitant entre l'Asie et l'Europe, mais aussi le pétrole provenant du golfe Persique. Opérant d'abord près de leurs côtes, les pirates ont progressivement étendu leur rayon d'action, traquant désormais leurs proies sur de vastes zones grâce à des bateaux-mères. Les dernières études font état d'un rayon d'action de plus de 2.5 millions de milles carrés, soit une augmentation d'un million de milles carrés en deux ans. La piraterie est désormais partout : dans le golfe d'Aden, pourtant traversé par un couloir maritime sécurisé (IRTC), dans le bassin somalien, au large des Seychelles et du Kenya. Et de plus en plus à l'Est, où la marine indienne est maintenant une des plus actives dans la lutte contre le phénomène.

Frégate française escortant un navire en océan Indien   (© : MARINE - NATIONALE)
Frégate française escortant un navire en océan Indien (© : MARINE - NATIONALE)

Embarcation pirate au large de la Somalie   (© : MARINE - NATIONALE)
Embarcation pirate au large de la Somalie (© : MARINE - NATIONALE)

Face au danger, la communauté internationale s'est mobilisée. Aux côté d'autres forces internationales, l'Europe déploie depuis la fin 2008, dans le cadre de l'opération Atalante, un groupe aéronaval chargé de protéger les navires marchands et d'escorter les cargos acheminant l'aide humanitaire en Somalie. Le renforcement significatif des moyens a permis d'intercepter des centaines de pirates et d'empêcher nombre de détournements. Malgré tout, en 2010, 49 navires avec, à leur bord, plus de 1000 membres d'équipage, ont été détournés au large de la corne d'Afrique. Le phénomène, seulement « contenu » par les militaires, est donc loin d'être éradiqué.
Et la piraterie touche aussi d'autres zones, comme l'Afrique de l'ouest, où les attaques de navires et les enlèvements de marins continuent de perturber les activités offshores au large du détroit du Niger.

Attentat contre le Limburg, en 2002  (© : DROITS RESERVES)
Attentat contre le Limburg, en 2002 (© : DROITS RESERVES)

En dehors de la piraterie, la communauté internationale est aussi confrontée au terrorisme maritime. Les attentats au Yémen contre le destroyer USS Cole (2000) et le pétrolier français Limburg (2002) ont démontré la vulnérabilité de certaines unités et installations stratégiques. Les cas sont rares mais la menace demeure bien réelle et d'éventuelles attaques peuvent avoir de graves conséquences, notamment sur le plan économique. En parallèle, les marines luttent aussi contre les trafics en tous genres, certains étant directement liés au financement d'organisations terroristes. Espace de liberté, la mer est largement utilisée par les trafiquants d'armes et de drogue. C'est le cas notamment dans les Caraïbes, où le narcotrafic utilise même des sous-marins, et en Méditerranée, où les autorités font la chasse aux « go-fast » qui tentent de rallier l'Europe.

Interception d'un go-fast en   (© : MARINE NATIONALE)
Interception d'un go-fast en (© : MARINE NATIONALE)

Un bateau chargé de clandestins en Méditerranée   (© : MARINE NATIONALE)
Un bateau chargé de clandestins en Méditerranée (© : MARINE NATIONALE)

Pêche illicite dans l'océan Pacifique   (© : MARINE NATIONALE)
Pêche illicite dans l'océan Pacifique (© : MARINE NATIONALE)

La problématique de l'immigration clandestine prend, également, une importance croissante. L'Europe, notamment, doit gérer la pression migratoire et, en coopération avec les pays riverains, contrer les réseaux de passeurs qui, chaque année, jettent sur des embarcations de fortune des milliers de candidats à l'exil dans des conditions aussi épouvantables que dangereuses.
La raréfaction des ressources naturelles fait aussi prendre conscience aux Etats de la nécessité de protéger leurs espaces maritimes. La lutte contre la pêche illicite nécessite d'importants moyens afin de mettre un terme au pillage de certaines zones et de préserver les stocks de poissons. Enfin, le développement de politiques de défense de l'environnement voit l'émergence d'organisations et de moyens pour améliorer la sécurité en mer et la lutte contre les pollutions.

Le bâtiment anti-pollution   Argonaute  (© : MARINE NATIONALE)
Le bâtiment anti-pollution Argonaute (© : MARINE NATIONALE)

Sécurité maritime