Energies Marines
Semaine du développement durable : Les professionnels de l'éolien se défendent

Actualité

Semaine du développement durable : Les professionnels de l'éolien se défendent

Energies Marines

Afin de développer la part des énergies renouvelables, de nombreux projets d'éoliennes fleurissent sur les régions littorales. Certains ports, comme celui de Nantes Saint-Nazaire, souhaitent d'ailleurs voir émerger une véritable filière, alors que deux éoliennes géantes pourraient bientôt s'élever dans l'estuaire de la Loire. Marseille dispose également de nombreux projets, alors qu'en Manche, la Compagnie du Vent espère toujours ériger le parc offshore des Deux Côtes, avec un total de 156 machines. L'industrie du vent rencontre, néanmoins, de grosses oppositions, certains dénonçant les nuisances des champs d'éoliennes. A l'occasion de la semaine du développement durable, le Syndicat des Energies Renouvelables, qui regroupe les industriels du secteur, rappelle que le parc français existant permet « d'éviter chaque année la production de 1,4 millions de tonnes de CO2. Plus généralement, chaque kilowattheure éolien produit remplace la consommation d'une énergie fossile, donc épuisable et polluante ». Conformément à l'objectif défini par le Conseil Européen les 8 et 9 mars derniers, la consommation d'énergie dans l'ensemble des pays de l'Union européenne devra inclure 20 % d'énergies renouvelables d'ici 2020.

150.000 emplois directs créés en Europe

Les opposants aux éoliennes critiquent souvent les nuisances sonores engendrées par les aérogénérateurs, voire des dangers pour les riverains. Selon le SER, qui dénoncent les rumeurs : « Des études démontrent que le bruit d'une éolienne en fonctionnement, enregistré à une distance de 500 mètres, ne dépasse pas 35 dB, soit le bruit d'une conversation à voix basse. Rappelons que les éoliennes ne tournent que lorsque le vent souffle, ne fonctionnant ainsi que dans un contexte naturellement bruyant ». Les professionnels de la filière mettent en avant l'action des parcs dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre, une éolienne n'ayant besoin que du vent pour faire fonctionner son rotor et par définition, pas de déchets : « ni combustion, ni émission de gaz à effet de serre. Au contraire, en se substituant aux centrales thermiques à pétrole ou à charbon, elle contribue à limiter les émissions de gaz carbonique. Le risque de chute de tout ou partie d'une éolienne est extrêmement faible, les parcs éoliens modernes faisant l'objet d'un suivi et d'un entretien régulier ». La branche éolienne du Syndicat des Energies Renouvelables met, enfin, en avant les retombées en matière d'emploi. Selon elle, la filière a créé 150.000 emplois directs en Europe, « notamment dans les zones rurales où les parcs éoliens assurent l'activité de micro bassins d'emplois, mais également dans l'industrie des fabricants de composants électriques et mécaniques, qui fournissent les pièces entrant dans la fabrication des éoliennes ».

Energie éolienne