Marine Marchande
Séparation effective entre Louis Dreyfus Armateurs et le groupe familial

Actualité

Séparation effective entre Louis Dreyfus Armateurs et le groupe familial

Marine Marchande

La signature de l'accord aboutissant à l'indépendance de LDA par rapport au groupe familial est intervenue jeudi dernier, a confirmé à la rédaction de Mer et Marine l'armement français. Philippe Louis-Dreyfus devient le seul actionnaire de la compagnie, son cousin Robert ayant pris dans le même temps le contrôle du groupe Louis-Dreyfus (*). « Il y avait déjà eu un changement il y a un an, avec l'arrivée de Robert Louis-Dreyfus qui avait donné une très grande autonomie à LDA. Nous vivions déjà à côté du groupe, dont nous ne dépendions pas pour les financements », explique Pierre Gehanne. Entré dans l'armement il y a 40 ans, le directeur général de LDA se félicite de cette émancipation: « C'est un heureux évènement et quelque chose que nous souhaitions vivement. Dans un groupe familial il y a toujours des arbitrages entre les différentes branches et certains projets n'avaient pas vu le jour. Maintenant, nous sommes complètement maîtres de notre destin et la pérennité de cet armement est assurée de façon quasi certaine ». Il y a 10 ans, lorsque Philippe Louis-Dreyfus a repris la barre de LDA, un gros travail de redynamisation de l'entreprise a été mené. Historiquement implanté dans le transport de vracs, le groupe s'est progressivement renforcé sur d'autres secteurs.

Développement et diversification

Pose de câbles sous-marins, recherche sismique, transport de tronçons d'Airbus, Louis Dreyfus Armateurs s'est lancé ensuite sur le segment des ferries. Il opère désormais trois navires entre Dieppe, Newhaven, Portsmouth et Le Havre, ainsi qu'une unité entre Toulon et Civitavecchia. Alors que deux nouveaux ferries ont été commandés à Singapour, deux autres rouliers pour Airbus seront livrés en 2008 et 2009. Dernier développement en date, celui du remorquage hauturier et de la réparation de plateformes offshores. Avec le rachat du Néerlandais Fairmount en mai dernier, l'armement dispose de 11 remorqueurs et 3 barges semi-submersibles. Cette diversification permet à LDA de trouver des relais de croissance au vrac, pour lequel le marché et les prix pratiqués rendent difficiles de nouveaux investissements. L'entreprise, qui emploie 500 marins français pour une flotte de 50 navires (dont 20 vraquiers), devrait réaliser en 2007 un chiffre d'affaires de 700 à 900 millions d'euros. Pierre Gehanne se félicite que l'indépendance de LDA offre au groupe créé en 1883 de solides perspectives d'avenir : « C'est important que les salariés sachent que la société va poursuivre son développement. Il ne reste plus beaucoup d'armements familiaux et c'est courageux, de la part de Philippe Louis-Dreyfus, de continuer cette aventure débutée avec Léopold puis grandement développée par son père, Pierre ».
____________________________________________

(*) Conformément au plan dévoilé en juillet, la transaction devait s'effectuer par échange de titres, Philippe Louis-Dreyfus devant baisser sa participation de 12.5 à 7% dans le groupe.

Louis Dreyfus Armateurs