Divers
Serge Ségura : «la France est très écoutée dans la diplomatie maritime»

Interview

Serge Ségura : «la France est très écoutée dans la diplomatie maritime»

Divers

Serge Ségura est l'ambassadeur français des Océans. Il fait avec Mer et Marine le point sur la place de la France dans la diplomatie maritime mondiale, la nouvelle convention internationale sur la haute mer et la place grandissante de la mer dans les politiques nationales.

MER ET MARINE : Vous êtes diplomate et ambassadeur français des Océans depuis 2015. En quoi consiste votre mission ?

SERGE SEGURA : J’ai été nommé en 2015 et je suis le premier à occuper ces fonctions. A ce moment-là, il est devenu de plus en plus évident pour l’Etat et le gouvernement que les océans étaient une partie importante de la diplomatie internationale par eux-mêmes, par les ressources qu’ils abritent et tous les enjeux géostratégiques et écologiques qu’ils représentent. Toute une série de questions se posent au niveau international et l’on a considéré qu’il était utile d’avoir une personne référente qui puisse aborder ces problèmes de manière transversale, en faisant le lien entre tous les ministères, organismes et administrations concernées.

Concrètement, mon travail consiste à aider les directions du Quai d’Orsay et nos ambassades sur les questions liées aux océans, à renforcer la présence du ministère des Affaires étrangères dans les structures interministérielles. Je siège aussi dans les enceintes internationales, comme les Nations-Unies, dans les négociations multilatérales, comme par exemple la négociation d’un traité sur la haute mer (processus BBNJ), mais aussi dans les discussions bilatérales que la France mène avec certains pays sur les thèmes maritimes, notamment en Asie.

La France a donc beaucoup de relations bilatérales en Asie en matière maritime ?