Défense
Signature du contrat de pré-développement du Guépard

Actualité

Signature du contrat de pré-développement du Guépard

Défense

Appelé à succéder aux hélicoptères Gazelle de l’armée de Terre, Alouette III, Dauphin et Panther de la Marine nationale et Fennec de l’armée de l’Air, le futur Guépard va être développé sur la base du nouveau biturbine civil H160 d’Airbus Helicopters. Dans cette perspective, la Direction Générale de l’Armement a annoncé hier avoir notifié le 30 décembre dernier le marché de pré-développement de la version militaire du H160. Ce contrat a été passé auprès d’Airbus et de Safran (qui produit les turbines Turbomeca Arrano 1A du H160). « Il concerne notamment l’adaptation des instruments de bord, des capteurs et de la cabine pour permettre la réalisation de missions militaires, y compris à partir de bateaux de la Marine nationale. En liaison avec l’état-major des armées, la DGA poursuit la définition des performances et des caractéristiques attendues du Guépard et de son système de soutien. Le lancement en réalisation du programme est prévu en 2021. L’ensemble des acteurs du projet, DGA, Direction de la maintenance aéronautique (DMAé), armées, Airbus Helicopters et Safran Helicopter Engines, continuent en parallèle leurs travaux sur la maintenance. L’existence d’une flotte d’hélicoptères unique pour les trois armées doit permettre une organisation du soutien performante et optimisée », explique le ministère des Armées.

Machine de classe 6 tonnes, le Guépard est issu du projet HIL (hélicoptères interarmées légers). 

Pour mémoire, la France prévoit de commander jusqu’à 169 Guépard, soit 80 pour l’armée de Terre, 49 pour la Marine nationale et 40 pour l’armée de l’Air. L’aviation Légère de l’Armée de Terre (ALAT) doit être la première à réceptionner ce nouvel appareil à partir de 2026 afin de mettre en retraite ses antiques Gazelle. Toutes les plateformes auront une base commune avec des spécificités plus ou moins prononcées selon les modèles. La version destinée à l’aéronautique navale sera par exemple adaptée à l’embarquement sur les bâtiments de la marine (structure et train renforcés, harpon pour les grilles d’appontage), disposera de senseurs optimisés pour un emploi maritime et sera apte à la mise en œuvre du futur missile antinavire léger (ANL) développé conjointement avec les britanniques. Les premières livraisons du Guépard Marine sont prévues à partir de 2028.

 

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française Airbus Helicopters | Actualité hélicoptères civils et militaires