Divers

Actualité

Signaux de détresse : Jusqu'à 30.770 euros d'amende pour déclenchement abusif

Divers

Chaque année, les services de secours sont confrontés à des dizaines de fausses alertes. Un bon nombre provient de déclenchements abusifs de signaux de détresse, comme ce fut encore le cas sur la côte vendéenne la semaine dernière. Jeudi, dans la soirée, le CROSS Etel a été informé du déclenchement d'un tir de fusée de détresse semblant provenir de la terre, à proximité de Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Une patrouille de pompiers et un dispositif de gendarmerie ont été dépêchés sur les lieux. A leur arrivée, ils ont constaté qu'il s'agissait d'une fausse alerte donnée par deux individus, qui ont été interpelés et auditionnés par les services de la gendarmerie. « A cette occasion, il est nécessaire de rappeler à tous que le déclenchement d'un signal de détresse provoque la mise en oeuvre d'une chaîne de sauvetage. Lors d'un tir inconsidéré, des moyens coûteux peuvent être mobilisés sans raison, ce qui les rend indisponibles pour un évènement réel », souligne la préfecture maritime de l'Atlantique. Cette dernière rappelle que tout contrevenant s'expose, conformément à l'article 332-14 du code pénal, à deux ans d'emprisonnement et 30.770 euros d'amende pour divulgation « de fausse information faisant croire à un sinistre de nature à provoquer l'intervention inutile des secours ».