Défense
Sirehna : L'ingénierie des drones navals

Actualité

Sirehna : L'ingénierie des drones navals

Défense

Peu visible aux yeux du grand public sur le marché en constant développement que sont les drones maritimes, Sirhena est pourtant en soutien de bon nombres de programmes. Appontage de drones sur une frégate, développement d'USV ou de kit de « dronisation », la société est présente sur de nombreux projets, militaires comme civils.
Récemment, le kit de « dronisation » développés par la petite société française, a rencontré ses premiers succès export. La PME nantaise vient de signer un contrat avec les chantiers de yacht de luxe hollandais Royal Huisman pour équiper un navire tout électrique de 55 mètres. La société fournira un kit de contrôle dynamique de plateforme navale (Dynamic Positioning), qui offre trois fonctions : le positionnement dynamique du navire ; la détection et l'évitement d'obstacle ainsi qu'une fonction « Wave Management » de contrôle d'attitude. Pour les yachts de luxe, ce système permet au navire équipé de naviguer sans pilote ou de rester à la même position, remplaçant ainsi le rôle de l'ancre.

Une PME présente sur de grands marchés

Alors que Sirehna rencontre ses premiers succès dans la grande plaisance, la société est également très présente dans le segment militaire, et fournie par exemple un système de contrôle de la stabilisation par Rudder Roll sur les FREMM. Présent dans de nombreux programmes d'étude amont, particulièrement en France avec la DGA, mais aussi en Israël (sur le drone Protector de Rafael) ou aux Etats- Unis. En effet, la PME crée en 1986 participe à la compétition du LCS (Littoral Combat Ship), sur la partie drone de surface.

Aide à l'appontage

Sirehna travaille également sur la problématique du lancement et de la récupération des drones depuis des bâtiments de surface. Elle a par exemple développé pour la DGA, un démonstrateur physique d'un système de récupération de drone aérien à voilure tournante sur une frégate, efficace jusqu'à un état de mer 5. L'appontage effectué courant octobre du drone de la société Shiebel sur la frégate Montcalm de la Marine Nationale, a été rendu possible grâce aux systèmes développés par la PME nantaise. La société poursuit ses travaux dans le domaine de la prédiction de mouvement et du lancement et de la récupération de drones de surface marins.

Dans le giron de DCNS

Avec 70% de son activité tournée vers le maritime (naval, off-shore, défense...), les 30% restant s'effectue dans diverses applications, comme l'aéronautique, le spatial, l'automobile ou le ferroviaire. Bien placée sur les études d'intégration de drones dans l'environnement maritime, la société a été rachetée à hauteur de 65 % par DCNS fin 2007, tandis que Thales détient 10 % du capital. DCNS doit racheter dans les 2 ans les 25 % restant à Jean-Pierre Le Goff, son créateur. Comptant 25 salariés, son chiffre d'affaires atteint 3 millions d'euros et son carnet de commandes, en 2007, a été porté à 4 millions d'euros.

Le Rodeur près d'une frégate Horizon à Lorient (© : SIRHENA)
Le Rodeur près d'une frégate Horizon à Lorient (© : SIRHENA)

L'USV Rodeur à Euronaval

Durant le salon Euronaval, la petite société présente son drone de surface Rodeur. Basé sur un semi rigide de type commando de 9m20, 750Hp, 6 tonnes, capable de vitesses élevées sur mer formée (35 noeuds par mer 4), pouvant atteindre près de 50 noeuds en eau calme. D'une capacité de charge utile de 1.5t, il est prêt à accueillir tout type de capteur, système de mesure ou effecteur (canon stabilisé, système non létal de type LRAD, lance grenade,....) en fonction de sa mission. Utilisé par Sirehna comme démonstrateur sur sa base d'essais de Douarnenez, l'USV (Unmanned Surface Vehicle) Rodeur est aujourd'hui mature et attend ses clients.

Rodeur est équipé des fonctions avancées développées dans le cadre des projets d'étude comme le projet Franco-Américano-Singapourien SPARTAN. D'un montant de 50 millions d'euros au total, cette étude amont lancé en 2006 aura permis à Sirehna des retombés de l'ordre de 800 mille euros pour le développement des systèmes de dronisation d'embarcation navale. Les axes de développements concernent notamment le système de contrôle de la plate-forme (navigation, positionnement dynamique, contrôle de l'attitude), la détection et l'évitement d'obstacle, les systèmes embarqués et le contrôle des actionneurs, l'intégration de la charge utile, et enfin le développement de l'interface Homme-Machine de supervision et contrôle.

Guillaume Belan