Construction Navale
Sirehna vise le yachting avec un nouveau système de stabilisation antiroulis

Actualité

Sirehna vise le yachting avec un nouveau système de stabilisation antiroulis

Construction Navale

La société d'ingénierie Sirenha a testé en baie de Douarnenez, fin avril, un nouveau système de stabilisation anti roulis par masse mobile. L'objectif de ce système est de réduire significativement, voire de supprimer, les mouvements de roulis. Les essais ont été menés à partir du baliseur Armorique, sur lequel le dispositif avait été installé. D'une longueur de 9 mètres pour une largeur de 2.8 mètres et une hauteur de 1.4 mètres, ce système est positionné dans la largeur du navire. Cette masse dynamique de 10 tonnes (représentant 1 à 2% du poids du navire pour une bonne stabilisation) va se déplacer sur le pont pour compenser les mouvements de roulis quelque soit la vitesse d'évolution du bateau et la direction de la houle. « Nous avons le même principe que celui des ailerons stabilisateurs mais, dans ce cas, le système fonctionne également à l'arrêt, ce qui présente un gros avantage pour les bateaux au mouillage », explique-t-on chez Sirenha. Filiale de DCNS depuis quelques mois, l'entreprise s'est inspirée du COGITE, développé au début des années 90 pour le Charles de Gaulle. Constitué de 12 wagonnets mobiles installés sous le pont d'envol du porte-avions, ce système permet, par déplacement de 126 tonnes de lest, d'atténuer la gîte du bâtiment. « Sirenha avait travaillé à l'époque sur ce projet. C'est le même principe sauf que COGITE empêche la gîte, c'est-à-dire un mouvement plus lent. Pour le roulis, la fréquence est beaucoup plus importante ». De plus, pour le nouveau système testé en avril, la société n'a pas seulement souhaité travailler sur la partie purement ingénierie, c'est-à-dire les algorithmes de contrôle, mais proposer un produit complet, matériel inclus.

 Système de stabilisation par masse mobile (© : SIRENHA)
Système de stabilisation par masse mobile (© : SIRENHA)

Certains navires professionnels disposent, aujourd'hui, de systèmes de stabilisation par cuves à surface libre. Dans ce cas, les mouvements du navire sont compensés par le déplacement d'une masse liquide dans la coque, qu'il s'agisse d'eau ou de gasoil. Mais le dispositif présente le désavantage de ne pas être toujours efficace lorsque la houle provient de l'arrière. « La masse bouge en fonction des mouvements du bateau. C'est donc un système passif alors qu'avec le système que nous avons mis au point, c'est une commande qui gère le déplacement de la masse. On gagne donc en efficacité et on améliore les performances ».

 Système de stabilisation par masse mobile sur l'Armorique (© : SIRENHA)
Système de stabilisation par masse mobile sur l'Armorique (© : SIRENHA)

Un autre avantage réside dans le fait que le système de stabilisation par masse mobile est à l'intérieur de la coque contrairement aux ailerons de stabilisation qui induisent de la trainée additionnelle et donc augmentent la consommation de carburant. Sirenha prévoit de décliner son système en plusieurs modèles, suivant la taille des bateaux. En plus de l'installation de 10 tonnes existant aujourd'hui, des modèles de 5 tonnes, 3 tonnes, 2 tonnes et 1 tonne sont prévus. Côté marché, Sirehna vise notamment le segment de la grande plaisance, et plus particulièrement les unités allant jusqu'à 50 mètres.

Naval Group (ex-DCNS) | Actualité industrie navale de défense