Défense
SNA Casabianca : Prise de commandement au monument des sous-mariniers

Actualité

SNA Casabianca : Prise de commandement au monument des sous-mariniers

Défense

C'est au monument rendant hommage aux sous-mariniers français morts en service commandé, et non comme d'habitude dans la base navale de Toulon, que s'est déroulée mardi la prise de commandement de l'équipage bleu du sous-marin nucléaire d'attaque Casabianca. Cette cérémonie, en extérieur, était une grande première, tout comme celle du groupement de fusiliers marins de Toulon, le 7 septembre, qui s'est déroulée en public, place de la Liberté.
Ainsi donc, comme les fusiliers, c'est un autre corps de la marine, entouré lui aussi traditionnellement de secrets, qui est sorti de l'enceinte militaire. Alors que le Casabianca est en arrêt technique jusqu'à la fin de l'année, les sous-mariniers ont souhaité organiser la prise de commandement dans un lieu très symbolique, afin de rendre hommage à leurs aînés. Inauguré en novembre 2009, le monument est installé au Mourillon, dans le parc paysager de la Tour Royale. Y sont inscrits plus de 1600 noms, ceux des sous- décédés au cours d'accidents ou d'opérations de guerre, depuis la perte accidentelle du Farfadet en 1905, au large de la Tunisie, jusqu'au terrible accident de l'Emeraude, un sistership du Casabianca, survenu au large de Toulon en 1994.

(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Mardi, en dehors de l'équipage bleu du Casabianca (les sous-marins nucléaires comptent deux équipages, appelés « bleu » et « rouge », qui arment le bâtiment en alternance), de nombreux anciens combattants et membres de l'Association Générale Amicale des Sous-Mariniers (AGASM) étaient présents. « Effectuer cette cérémonie en ce lieu de souvenir et en présence d'anciens sous-mariniers, témoigne du respect et de la reconnaissance qu'ont les sous-mariniers d'aujourd'hui pour leurs anciens. Respect et reconnaissance pour l'immense sacrifice consenti. Respect et reconnaissance pour l'héritage reçu, héritage que nous devons, à notre tour, jour après jour, faire grandir et transmettre », a déclaré au cours de la cérémonie le capitaine de frégate Nicolas Lambropoulos, nouveau commandant de l'équipage bleu du Casabianca. L'officier a été reconnu dans ses nouvelles fonctions par le capitaine de vaisseau Daniel Faujour, le tout nouveau commandant de l'escadrille des sous-marins nucléaires d'attaque.

Le CF Nicolas Lambropoulos (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Le CF Nicolas Lambropoulos (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Lors de cette très belle cérémonie, le CF Lambropoulos a notamment rendu hommage à ses illustres aînés de l'ancien Casabianca, un « 1500 tonnes » lancé en 1935 et qui restera dans l'histoire pour son évasion de Toulon sous les ordres du commandant l'Herminier, lors de l'attaque allemande de 1942, puis ses nombreuses missions aux côtés des alliés. Le célèbre bâtiment, désarmé en 1947, a été cité 6 fois à l'ordre de l'armée et une fois à l'ordre du corps d'armée. Ces distinctions lui ont été attribuées pour les opérations menées en avril et mai 1940 sur les côtes Norvégiennes (cdt Sacaze) , pour son évasion de Toulon puis les opérations de débarquement de commandos et de munitions effectuées sur les côtes de la Corse ; et enfin pour avoir coulé deux chasseurs de sous-marin (Cdt Bellet). Ces exploits lui ont valu l'attribution de la fourragère de la Légion d'honneur. Mardi, cette fourragère a été symboliquement au matelot Paul Pierret, entré il y a deux ans dans la Marine nationale à l'âge de 17 ans et cadet de l'équipage du Casabianca, par l'amiral (2S) Jean Guillou, qui a servi sur de nombreux sous-marins, dont le Casabianca de janvier 1940 à juillet 1941, et a côtoyé le commandant l'Herminier et le commandant Bellet.


Remise de la fourragère par l'amiral Guillou (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Remise de la fourragère par l'amiral Guillou (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Remise de la fourragère par l'amiral Guillou (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Remise de la fourragère par l'amiral Guillou (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Remise de la fourragère par l'amiral Guillou (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
Remise de la fourragère par l'amiral Guillou (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)
(© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

A l'issue de son arrêt technique, le Casabianca reprendra la mer dans quelques mois. Troisième des 6 SNA du type Rubis, ce bâtiment, construit par DCNS à Cherbourg, a été admis au service actif en avril 1987. Long de 73.6 mètres pour un déplacement de 2670 tonnes en plongée, il est armé par un équipage de 68 hommes et peut mettre en oeuvre 14 torpilles et missiles antinavire. Pouvant intervenir partout dans le monde, le Casabianca, comme ses sisterships, est sont dédié aux missions de dissuasion, de renseignement, de prévention, de projection et de protection.

Un SNA du type Rubis (© : MARINE NATIONALE)
Un SNA du type Rubis (© : MARINE NATIONALE)

Marine nationale