Divers
SNCM : La CGT lance la bataille contre la privatisation

Actualité

SNCM : La CGT lance la bataille contre la privatisation

Divers

Les réactions à la possible entrée d’un partenaire privé dans le capital de la SNCM ne se sont pas faites attendre. Deux navires de la compagnie ont été bloqués hier à Marseille par les marins CGT. Selon le syndicat, des menaces de privatisation pèsent clairement sur la Société Nationale Corse-Méditerranée. Cette action est intervenue au lendemain de l’annonce de la candidature de deux fonds d’investissement. Caravelle et Butler Capital Partners proposent de reprendre la totalité de la SNCM, qui éprouve depuis des mois une grave crise financière. Pour protester contre cette éventualité, les syndicalistes ont donc empêché l’appareillage de deux ferries. Le Méditerranée. Qui devait rejoindre Alger a été bloqué à quai avec un millier de passagers et 750 véhicules. La SNCM a également annoncé que l’un de ses fleurons, le Napoléon Bonaparte, n’avait pas non plus quitté la cité phocéenne hier soir. Le navire devait quitter le port dans la soirée pour gagner Bastia avec plus de 500 passagers.

Le compagnie traverse donc un nouveau conflit social alors que la direction tente un ultime plan de redressement (suppression de 200 emplois, vente d’un navire rapide et cessation des 50% détenus dans Sudcargos). Cet été, la SNCM avait connu d’excellents résultats avec plus de 440.000 personnes transportée sur juillet et août, soit 37.000 passagers de plus que prévu. Malgré cette croissance supérieure aux objectifs et l’augmentation continue de la fréquentation des liaisons vers l’Afrique du nord, la compagnie risque toujours le dépôt de bilan. Pour l’exercice 2004, les pertes ont dépassé 25 millions d’euros. La SNCM arme 10 navires et compte 2400 salariés, dont 800 en Corse.

Corsica Linea | Toute l'actualité de la compagnie de ferries