Divers
SNCM: La grève s'étend aux sédentaires et à toute la flotte

Actualité

SNCM: La grève s'étend aux sédentaires et à toute la flotte

Divers

Le mouvement déclenché mardi, à Marseille, sur les ferries Napoléon Bonaparte et Méditerranée a été reconduit par les marins CGT de la Société Nationale Corse Méditerranée. Le syndicat proteste contre la candidature de deux fonds d’investissement à la reprise totale du capital de la compagnie publique. Alors que la grève s’étend à l’ensemble des navires, les syndicats de sédentaires annoncent qu’ils rejoignent le mouvement. CGT, CFDT, CFE CGC et FO ont déposé un préavis de grève pour dénoncer le projet de privatisation. Le rapport de force s’installe donc avec Bercy qui avait annoncé en juin qu’il étudiait l’entrée d’un partenaire privé dans le capital de la SNCM.

PDG et passagers à quai

Retenu depuis mardi soir sur le Méditerranée, le PDG de l’entreprise, Bruno Vergobbi, a finalement été relâché par les équipages dans l’après-midi. La situation reste toutefois précaire pour les passagers bloqués à Marseille. 1500 personnes étaient à bord des navires lorsque le mouvement a éclaté. Un millier d’entre elles sont toujours bloquées et beaucoup ont passé la nuit dernière dans leur voiture. Les passagers en colère se sont plaints des mauvaises conditions sanitaires, malgré des ravitaillements organisés en urgence par la Croix Rouge. Pour faire face à la situation, le port de Marseille a ouvert hier soir un terminal et une annexe où des lits de camp ont été installés. La préfecture et la direction de la SNCM ont invité les clients à se rendre à Toulon pour embarquer vers l’Algérie et la Corse. Hier, plusieurs navettes de bus ont emmené 200 passagers vers le port du Var, où des ferries algériens les attendaient.
La SNCM emploie 2400 passagers, dont 800 en Corse. L’année dernière, les pertes de la compagnie se sont élevées à 25 millions d’euros.

Corsica Linea (ex-SNCM)