Marine Marchande
SNCM : Les syndicats jouent leur va-tout

Actualité

SNCM : Les syndicats jouent leur va-tout

Marine Marchande

A l’appel des organisations syndicales de la SNCM, les navires de la compagnie marseillaise cessent de naviguer ce mardi, à partir de 6 heures du matin. Un préavis de grève reconductible de 24 heures a été déposé, afin de défendre l’avenir de l’armement. CGT, SAMMM, FO, CFE-CGC, CFDT, CFTC… Les syndicats entendent faire pression sur l’Etat (propriétaire de 25% de l’entreprise) pour imposer le plan industriel à long terme (PLT), qui prévoit notamment la commande de quatre nouveaux navires. Un plan porté par l’ancien président du Directoire, Marc Dufour, débarqué le mois dernier par le Conseil de surveillance. Actionnaire majoritaire de la SNCM (66%), Transdev, filiale de Veolia et de la Caisse des Dépôts, estime dangereux les investissements requis par le PLT dans la situation où se trouve la compagnie. Celle-ci se voit, en effet, toujours sous le coup d’une demande de remboursement de 440 millions d’euros d’aides publiques formulée par la Commission européenne. Cette somme comprend 220 millions d’euros provenant du processus de privatisation, en 2006, et 220 millions liés aux subventions du service dit « complémentaire », assuré entre 2007 et 2013 dans le cadre de la délégation de service public entre Marseille et les ports corses. Or, même si certains balayent ces « amendes » d’un revers de main, les sommes réclamées par Bruxelles et que la SNCM n’a pas les moyens de payer demeurent la clé du problème. D’autant que les éviter constitue légalement une mission extrêmement complexe, pour ne pas dire impossible.

 

 

Le tribunal de commerce à l’horizon ?

 

 

Les actionnaires, à commencer

Corsica Linea | Toute l'actualité de la compagnie de ferries