Marine Marchande
SNCM: Veolia pour une réduction de la flotte à 8 navires ?

Actualité

SNCM: Veolia pour une réduction de la flotte à 8 navires ?

Marine Marchande

Actionnaire majoritaire de la SNCM, Veolia soutient une réduction de la flotte de la compagnie maritime française. « Nous pensons qu'avec huit bateaux, la SNCM serait correctement équipée », a expliqué vendredi Antoine Frérot, président de Veolia, lors de la présentation des résultats du groupe. Après la vente à Unishipping du Monte Cinto, qui a été remplacé l'an dernier par le Jean Nicoli (ex-Pasiphae Palace de Minoan Lines), le navire à grande vitesse Liamone, affrété sans succès à un armateur polynésien en 2010, est en cours de cession. L'été dernier, ce navire avait été remplacé sur la liaison entre Nice et la Corse par un autre NGV, l'Aeolos Kenteris (rebaptisé pour la saison Liamone II). Mais, les autorités niçoises ayant décidé de réduire le nombre de rotations cette année (pour limiter les nuisances aux riverains), la SNCM a renoncé à affréter le bateau. En plus, la compagnie vat-elle se défaire d'un autre de ses petits navires? C'est que qu'Antoine Frérot semblait indiquer, avant que le groupe ne parle d'erreur et indique qu'un seul navire est concerné. Alors que la société, soumise à une très vive concurrence, a perdu d'importantes parts de marché sur la Corse, Antoine Frérot estime que la réduction de la flotte vise à « remettre les moyens de production de l'entreprise en adaptation avec son marché ».
Mais, bien que cela ne soit pas évoqué par la direction ou son actionnaire, la SNCM devra sans doute, à très moyen terme, poursuivre l'adaptation de sa flotte. Il conviendra, notamment, de voir comment l'armement imagine la succession des ferries Ile de Beauté (1979), Corse (1983) et Méditerranée (1989), trois unités vieillissantes et de moins en moins adaptées au marché.

En attendant, la compagnie demeure paralysée depuis cinq semaines par un mouvement de grève déclenché par la CGT et le Syndicat Autonome des Marins de la Marine marchande (SAMM). Les organisations, qui craignent un plan social, dénoncent la réduction de voilure à Nice, malgré la décision de la direction d'augmenter le nombre de traversées à Marseille pour préserver l'activité et les emplois. Vendredi, syndicats et direction ne sont pas parvenus à s'entendre sur les modalités d'une réunion de négociations. Mais les protagonistes se sont tout de même rencontrés ce week-end et doivent reprendre les discussions aujourd'hui. Du côté de la direction, on estime qu'il y a urgence à trouver une issue au conflit qui, fait, selon elle, « courir un risque majeur à la compagnie ».

Corsica Linea (ex-SNCM)