Marine Marchande
SNSM : CMA CGM et Ponant aident au financement d’une vedette aux Antilles

Actualité

SNSM : CMA CGM et Ponant aident au financement d’une vedette aux Antilles

Marine Marchande

Alors que les moyens des sauveteurs en mer ont également besoin d’être renouvelés dans les territoires ultramarins, deux compagnies maritimes françaises ont décidé de contribuer au financement de la future vedette de la station SNSM de l’archipel des Saintes, au large de la Guadeloupe. Une convention de mécénat a été signée en ce sens à Paris, hier, avec CMA CGM et Ponant. Le montant de ce don n’est pas précisé mais, explique-t-on chez l’un des deux armateurs, « c’est un investissement significatif qui permettra de couvrir un tiers du financement de la nouvelle vedette ».

Un NSH 2 livrable en 2021

Celle-ci doit être livrée en 2021 et fera partie des nouvelles unités qui vont être construites dans le cadre du programme Flotte du futur de la SNSM, dont l’architecte et le constructeur vont être bientôt annoncés. Long de 14.5 mètres pour une largeur de 5 mètres, le nouveau bateau de sauvetage antillais sera équipé de deux moteurs de 500 cv et pourra atteindre la vitesse de 25 nœuds. Il appartiendra à la catégorie des Navires de Sauvetage Hauturiers de seconde classe (NSH 2). « Insubmersible et auto-redressable, ce navire constitue un outil indispensable pour les opérations de sauvetage dans des conditions extrêmes. Capable d'intervenir pour des missions de sauvetage hauturières à une distance de 20 voire 50 nautiques de la terre, ce navire permettra d'effectuer des recherches d'homme à la mer, de récupérer et de pré-médicaliser des naufragés, d'intervenir en coopération avec un hélicoptère, d'accoster et de remorquer un navire secouru », précise la SNSM.

Remplacer une vedette âgée de 30 ans

Cette nouvelle unité va permettre de remplacer une ancienne vedette de 10.5 mètres qui après rénovation en métropole avait été affectée en 2013 aux Saintes. Elle avait remplacé le premier bateau de la jeune station de sauvetage, créée en juillet 2007 et qui avait pendant ses six premières années d’existence fonctionné avec un canot de pêche prêté par un particulier. Mais face aux besoins et à un nombre d’interventions en croissance (49 sorties en 2017 et 62 en 2018), avec de nombreuses évacuations sanitaires, l’acquisition d’un nouveau bateau est devenue indispensable. « De par sa situation géographique, la station des Saintes en plus de ses missions types, de secours maritime, participe à la continuité territoriale. Elle  est, à ce titre, amenée à effectuer régulièrement des évacuations sanitaires de l'archipel des Saintes vers la Guadeloupe pour le compte du SAMU. La vaste étendue de la zone à couvrir nécessite des moyens lourds et performants et notre vedette âgée de 30 ans arrive en limite de vie et doit impérativement dans les deux ans à venir être remplacée », explique la station antillaise, qui a entrepris depuis des mois de réunir les fonds nécessaires à cet achat, qu’elle estime à plus d'1 million d’euros.  

 

Vue (provisoire) de la future vedette diffusée par la station des Saintes

Vue (provisoire) de la future vedette diffusée par la station des Saintes

 

Solidarité maritime après le drame des Sables d’Olonne

En plus des aides des collectivités locales (région, département) et de l’Etat, ainsi que les dons des particuliers et l’argent récolté par les actions de la station, le soutien de CMA CGM et de Ponant sera crucial pour permettre à ce projet de voir rapidement le jour. « En tant que compagnie maritime ayant de nombreux collaborateurs bénévoles au sein de la SNSM, nous avons été extrêmement touchés par le drame des Sables-d'Olonne et la disparition des trois sauveteurs. La SNSM et l'ensemble de ses bénévoles font chaque année un travail remarquable d'assistance en mer et de sécurisation des plages. Nous avons donc décidé de les soutenir en contribuant au financement d'une nouvelle vedette. A travers cette aide, nous exprimons à la fois notre solidarité maritime et les valeurs humaines d'un groupe familial tel que le nôtre », a expliqué hier Rodolphe Saadé, président de CMA CGM. Jean-Emmanuel Sauvée, patron de Ponant, a quant à lui déclaré qu’ « assurer de notre soutien la SNSM est une évidence et illustre la solidarité naturelle qui lie les marins ».

Un soutien à inscrire dans la durée

Cette aide des deux compagnies, au-delà d’être conséquente, est, aussi étonnant que cela puisse paraitre, une première à ce niveau pour des acteurs français du monde maritime, si l’on excepte le groupe Total, soutien aussi important que discret et de longue date de la SNSM, à laquelle il donne annuellement près de 2 millions d’euros. Un mois après le dramatique naufrage du canot tous temps Jack Morisseau aux Sables, l’association, qui depuis des années est dans une situation financière difficile alors qu’elle doit renouveler une grande partie de la flotte vieillissante, semble en tous cas bénéficier d’une hausse des dons. Une situation probablement liée au choc provoqué par la mort des trois sauveteurs sablais dans l’opinion publique. Les sauveteurs en mer espèrent maintenant que l’émotion, la prise de conscience et la mobilisation qui ont suivi la catastrophe se poursuivront dans la durée. Et qu’au-delà des donateurs privés, l’Etat prendra également sa part dans la modernisation des moyens nautiques, gage de sécurité pour les 8000 bénévoles de l’association, qui portent assistance à plus de 30.000 personnes chaque année.

Sauvetage et services maritimes CMA CGM Compagnie du Ponant