Pêche
SNSM : La flotte du futur se dessine

Focus

SNSM : La flotte du futur se dessine

Pêche
Nautisme
Marine Marchande

Lancé il y a trois ans, le projet « Flotte du futur » de la Société Nationale de Sauvetage en Mer, qui vise à développer un outil nautique plus performant et moins coûteux à l’occasion du remplacement des actuels moyens de l’association, arrive dans une phase cruciale. « La flotte que nous avons aujourd’hui a été créée il y a 30 ans pour les canots tous temps et il y a une bonne vingtaine d’années pour la plupart des vedettes. Nous avons donc un besoin de renouvellement extrêmement important dans les années qui viennent, avec des contraintes budgétaires très fortes. C’est pourquoi nous avons décidé de réexaminer complètement les projets de remplacement afin de répondre au juste besoin des sauveteurs. Nous avons beaucoup avancé sur la définition de cette flotte du futur, pour laquelle nous avons sélectionné différents architectes chargés de concevoir ce que seront nos bateaux, des unités côtières aux unités hauturières », explique Xavier de la Gorce, président de la SNSM. « Nous avons besoin d’une flotte plus homogène, afin de réaliser des économies d’échelle, simplifier l’entretien et faciliter la formation des sauveteurs. Nos futurs moyens doivent également tenir compte de l’évolution des missions, avec des bateaux adaptés à la réalité des besoins locaux », ajoute Jean-Christophe Noureau, directeur technique de la SNSM.

Evolution des missions

Car le profil des missions a souvent évolué ces dernières années, avec par exemple, dans certains secteurs, un développement très net du secours aux plaisanciers dans des zones proches du littoral, et moins de sauvetages hauturiers au profit notamment des pêcheurs. Certaines stations sont très impliquées dans la surveillance des plans d’eau dans le cadre de grands évènements, d’autres réalisent de très nombreux remorquages… L’étude des interventions réalisées par chaque station permet de déterminer quelles sont, aujourd’hui, les capacités les mieux à même de répondre aux besoins. Avec in fine des orientations sur les futurs bateaux. « Nous avons choisi de conserver toutes nos stations afin de garder un maillage efficace, qui passe par une parfaite connaissance de chaque zone et de ses spécificités par les sauveteurs. Mais nous devons adapter notre dispositif en déterminant les enjeux qui seront les nôtres dans les 20 ans qui viennent et en tenant compte de l’évolution des missions. Le développement de la plaisance, qui concerne 80% de nos interventions et voit les sauveteurs intervenir près des côtes, est un fait indéniable. Mais il faut aussi que nous gardions une allonge et une puissance permettant d’aller chercher des pêcheurs au-delà des 10 à 20 nautiques », estime Xavier de la Gorce.

Trois cabinets d’architectes sélectionnés

Sur la base de ces réflexions, trois cabinets d’architecture navale, sur six initialement mis en compétition, ont été retenus pour présenter les esquisses de ce que pourraient être les futurs moyens de sauvetage de la SNSM. « A partir des besoins fonctionnels que nous avons exprimés, les architectes ont pour mission de trouver des solutions pour tous les types de bateaux que nous utilisons, des plus petits aux plus grands. Il s’agit de réfléchir aux capacités, aux performances, aux matériaux employables, aux problématiques liées à la

SNSM | Toute l'actualité de la société nationale de sauvetage en mer