Divers
SNSM : Xavier de la Gorce veut ramener la sérénité sans éluder les problèmes

Interview

SNSM : Xavier de la Gorce veut ramener la sérénité sans éluder les problèmes

Divers

Avec l’élection d’un nouveau président, le 26 septembre, la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM) espère retrouver un certain calme après avoir affronté, ces derniers mois, une mer tumultueuse. « On a eu un sacré coup de vent, là on s’est mis à la cape et nous sommes prêts à naviguer de nouveau dans des eaux clémentes », résume le pêcheur breton André Le Berre, vice-président de la SNSM. Héritière de structures de sauvetages séculaires, la SNSM, créée telle qu’on la connait en 1967, est une association de loi 1901, à but non lucratif et reconnue d’intérêt public, chargée du sauvetage au large du littoral français et sur les plages. Elle compte 220 stations, réparties le long de la côte et armées par 4500 bénévoles, ainsi que des centaines de nageurs sauveteurs assurant la sécurité des baigneurs durant la période estivale. Chaque année, plus de 8000 personnes sont secourues par ces hommes et femmes, maillons indispensables de la chaîne de sauvetage en France métropolitaine et outre-mer.

 

 

Retour sur une crise inédite

 

 

Cet été, une crise majeure s’est déclarée au sein de la vénérable institution. Alors que celle-ci tire l’essentiel de ses moyens financiers des dons et de subventions publiques, les compléments de revenus pour les stations, et plus particulièrement la question de la facturation du remorquage de biens (bateaux), a mis le feu aux poudres. Elu fin mai à la tête de la SNSM, l’amiral Olivier Lajous, ancien directeur du personnel militaire de la Marine nationale, s’est violemment heurté aux stations varoises sur ce dossier. Engagés depu

SNSM | Toute l'actualité de la société nationale de sauvetage en mer Interviews