Construction Navale
Sobrena : La mobilisation  pour trouver un repreneur s'organise à Brest

Actualité

Sobrena : La mobilisation pour trouver un repreneur s'organise à Brest

Construction Navale

Alors que l'avenir du chantier de réparation navale Sobrena reste dans un flou inquiétant, avec un plan de charge quasi vide d'ici la fin de l'année, la mobilisation des salariés brestois commence à prendre de l'ampleur. La semaine dernière, 220 d'entre eux ont manifesté et bloqué la circulation à l'entrée de Brest durant deux heures. Puis ils ont symboliquement ressorti l'étrave de l'espoir. Celle-ci avait été construite en 1987, alors que le chantier était déjà menacé de disparition après le retrait du groupe Arno. La grande pièce métallique a été repeinte en rouge et jaune, les couleurs du chantier, puis remorquée et déposée sur le parvis de l'hôtel de ville de Brest.
Du côté des acteurs publics, les réactions se multiplient. Les élus locaux et ceux de la région Bretagne, propriétaire du port, affichent leur soutien aux employés du chantier. Le préfet du Finistère a, quant à lui, réuni tous les acteurs de la filière navale brestoise pour tenter de trouver une solution afin de maintenir l'activité. Il a également annoncé le déblocage d'une enveloppe de 500.000 euros pour aider l'entreprise à trouver un repreneur.
Une mesure d'urgence qui ne suffira sans doute pas à faire tenir le chantier, dont les liquidités, environ 8 millions d'euros de trésorerie, se sont envolés depuis le début de l'année. Les salariés ne cachent pas leur inquiétude et souhaitent un engagement encore plus fort de l'Etat. Ils craignent en effet qu'aucun investisseur privé ne se manifeste, en raison notamment de l'épée de Damoclès que représente le dispositif amiante. Celui-ci pourrait amener l'entreprise à payer des dizaines, voire des centaines de milliers d'euros de dédommagements dans les années à venir.
Dans ces conditions, les syndicats ne voient que l'Etat pour trouver une solution. Les noms de DCNS ou STX circulent sur les quais brestois. François Cuillandre, maire de Brest, a ainsi indiqué qu'il allait rencontrer Patrick Boissier, le patron de DCNS. D'autres tables rondes sont prévues dans les jours à venir.

Damen Shiprepair Brest (ex-Sobrena)