Construction Navale
Socarenam : Militaire, pêche et GNL
ABONNÉS

Focus

Socarenam : Militaire, pêche et GNL

Construction Navale
Défense

Implanté à Boulogne-sur-Mer, Etaples, Calais et Saint-Malo, Socarenam bénéficie actuellement d’un beau plan de charge, en particulier en matière de bateaux gris et d’unités destinées aux pêcheurs. « Nous avons une activité solide à la pêche, où le carnet de commandes est bien rempli dans le cadre du renouvellement de la flotte. Mais nous avons aussi une bonne emprunte militaire et nous souhaitons d’ailleurs nous développer sur ce segment, que ce soit au niveau du marché national ou de l’export, ce qui explique d'ailleurs notre présence à Euronaval. Tous les bateaux que nous développons ont pour but de pouvoir être exportés, même s’il faut parfois adapter les plateformes pour répondre à des besoins spécifiques. Nous visons notamment le marché des patrouilleurs et des vedettes, ainsi que la guerre des mines. C’est un secteur qui est pour nous stratégique car il représente désormais une bonne partie de notre activité, de l’ordre de 50% de notre chiffre d’affaires généralement et cela peut atteindre 60% certaines années », explique Matthieu Gobert. Ce dernier rappelle que Socarenam travaille avec différents architectes : « Nous restons assez ouverts sur les designs. Avec Mauric nous avons développé des vedettes et patrouilleurs de 20 à 60 mètres, et en dessous de 20 mètres nous travaillons avec Delion. Nous avons aussi noué un partenariat avec les Chantiers de l’Atlantique pour la conception d’un bâtiment de guerre des mines destiné à mettre en œuvre des drones ».  Un modèle proposé à la Belgique, qui pilote un projet binational avec les Pays-Bas et à laquelle Socarenam a déjà livré, en 2015, deux patrouilleurs de 53 mètres, les Castor et Pollux.

 

Socarenam | Toute l'actualité du chantier naval