Divers

Fil info

SOS Méditerranée : focus sur les femmes recueillies par l'Aquarius

Divers

Depuis son départ du port de Lampedusa en février 2016, l'Aquarius et les équipes de SOS MEDITERRANEE ont porté secours à 27 173 personnes. L'Aquarius a mené 159 opérations de sauvetage et 55 opérations de transbordement, soit 214 opérations au total. En deux ans, 110 professionnels du sauvetage, de 17 nationalités différentes, ont été recrutés au total à bord l'Aquarius. A terre, plus de 250 bénévoles, répartis sur 10 antennes en France, organisent des événements, sensibilisent l'opinion – particulièrement dans les collèges et lycées - et collectent des dons tout au long de l'année. En 2017, plus de 90% de notre budget provenait de dons privés.

Sur les 27 173 personnes recueillies par l'Aquarius en 2 ans, 4 268 étaient des femmes

« Avant d'arriver en Libye, on nous a vendus, pour les travaux forcés.  En Libye on nous viole, on nous fouette bien.  Là-bas le « black » n'est rien.  On nous enferme, quand quelqu'un vient dans la nuit, qu'il veut une femme, on leur donne l'une d'entre nous.  Alors oui partir. La liberté n'a pas de prix… », témoignait une jeune femme camerounaise, rescapée par l'Aquarius en 2016, après avoir fui la Libye, poussée en mer sur une embarcation fragile.

 « La traversée est un moment particulièrement dangereux pour les femmes : le plus souvent placées au centre des canots pneumatiques, les hommes autour souhaitant les protéger du danger immédiat de noyade, elles sont en fait plus vulnérables à l'asphyxie et aux brûlures cutanées dues au mélange corrosif d'eau salée et d'essence qui s'accumule au fond du canot. Par ailleurs, nombreuses sont les femmes accueillies sur l'Aquarius qui ont été victimes de violences sexuelles durant leur parcours migratoire, et notamment en Libye », commente Fabienne Lassalle, directrice adjointe de SOS MEDITERRANEE France.

« On leur demande si elles sont enceintes. Certaines ne le savent pas, font le test. Chacune a son histoire, mais toutes les histoires racontent l'exploitation la plus totale. Pour une femme, être exploitée en Libye, ça veut dire faire du travail sexuel, être violée, battue. On commence par un test de grossesse qui assez vite se transforme en consultation pour violences sexuelles », témoigne Alice Gautreau, sage-femme.

A de rares occasions, au milieu de l'axe le plus mortel au Monde, des naissances ont eu lieu à bord de l'Aquarius : cinq au total. Le groupe Madame Monsieur a été informé de la naissance d'une petite fille à bord, par l'intermédiaire d'un tweet, le 21 mars 2017 :

« Nous étions en train de travailler sur une chanson, nous avons tout arrêté, nous étions submergés par les émotions ! Dans ce simple message, nous avons ressenti ce que la maman avait vécu, d'avoir risqué cette traversée, enceinte de 8 mois, il fallait vraiment qu'elle soit désespérée ! Toutes ces informations sur la Libye, sur ces vies brisées, on les a prises en pleine tête ! », explique Emilie Satt, du groupe Madame Monsieur.

Enfin, Fabienne Lassalle a tenu à rendre hommage aux femmes du mouvement européen de SOS MEDITERRANEE. Les associations allemande, italienne, suisse et française sont toutes dirigées par des femmes. En France, 76% des bénévoles sont des femmes, ainsi que 12 salariés sur 13.

Le soir du 5 mars, le duo Madame Monsieur a chanté « Mercy » et d'autres chansons de son répertoire devant une salle comble au Petit Bain à Paris. Tous les profits du concert ont été reversés à SOS MEDITERRANEE. Alice Gautreau, pour sa part, raconte son expérience à bord de l'Aquarius dans le livre Seuls les poissons morts suivent le courant (éd. Pygmalion).
 

Vidéos/photos de femmes rescapées à bord de l'Aquarius et de sauvetages ici : https://we.tl/YedB1I0eNm

 

Communiqué de SOS Méditerranée, mars 2018