Divers
SOS Méditerranée : Pour ne pas oublier que la Méditerranée est toujours meurtrière

Actualités

SOS Méditerranée : Pour ne pas oublier que la Méditerranée est toujours meurtrière

Divers

« On a pensé qu’on allait tous mourir. On était entassés dans un pneumatique, on n’avait plus d’essence et on a dérivé toute la nuit ». Amadou Diallo a été sauvé en juin 2016 alors qu’il fuyait « l’enfer libyen », le camp où il a vu son frère torturé et mourir sous ses yeux. Il a pris la mer parce qu’il n’avait pas le choix. Comme beaucoup de ces hommes, femmes et enfants, qui embarquent sur des bateaux, dont ils savent sans doute la fragilité, sur la route migratoire la plus meurtrière au monde. 3000 personnes sont mortes cette année entre la Libye et l’Europe.

« Nous sommes face à une crise humanitaire d’ampleur et il n’y a pas du tout de recul dans les chiffres, contrairement à ce que l’on pourrait croire ». Sophie Beau est co-fondatrice et directrice générale de SOS M