Marine Marchande
Soufre et particules fines : La Méridionale teste un scrubber « sec » sur le Piana

Actualité

Soufre et particules fines : La Méridionale teste un scrubber « sec » sur le Piana

Marine Marchande

La Méridionale va tester le tout premier scrubber sec installé sur un navire. Ce procédé est inspiré d’un dispositif terrestre existant, à base de bicarbonate de soude. Cette substance, dont tout le monde connaît les vertus et propriétés dans la vie quotidienne, permet également la neutralisation des gaz acides et la fixation des particules fines et ultra-fines. Autant de qualités nécessaires pour mettre en conformité les gaz d’échappement des navires, à la fois aux nouveaux taux de soufre règlementaires à partir de 2020, et aux exigences des populations riveraines des ports.

La Méridionale, accompagnée par le programme Cortea de l’ADEME (appel à projets de recherche sur la connaissance et la réduction à la source et le traitement des émissions d’air), s’est donc associée à Andritz, un groupe autrichien spécialiste des technologies d’épuration, et au groupe belge Solvay, fournisseur de solutions de bicarbonate de sodium. Pour imaginer l’ingénierie de cette toute nouvelle installation, la Méridionale a fait appel au cabinet Orion Naval pour les études de faisabilité et le volet architecture navale (stabilité, poutre navire...), l’ingénierie de marinisation et d’intégration du systéme et le suivi des dossiers société de classe et Affaires maritimes. Les Chantiers de l'Atlantique ont été chargés des études de détail.

 

(© S.SAUERZAPFE)

(© S.SAUERZAPFE)

 

Le scrubber sec repose sur un double usage du bicarbonate. Celui-ci est d’abord injecté à la sortie des moteurs dans les collecteurs de gaz d’échappement. Il va réagir avec les oxydes de soufre en les neutralisant à près de 99.9%. Il va ensuite finir sa course dans un filtre à manche composé de centaine de sacs dans lesquels le bicarbonate va se déposer pour former un manteau, nommé « gâteau » par les chimistes. Ce dernier a la propriété de capter les particules et les métaux lourds à près de 99 %. Quand le sac sont colmatés par le gâteau, un système d’injection d’air va le casser et l’envoyer vers une capacité dédiée pour y être débarqué à terre. C’est ensuite Solvay qui va traiter le déchet.

Ce tout nouveau dispositif va être testé, avec trois filtres, pendant six mois sur le Piana, navire amiral de la Méridionale. Il s’agit de voir la viabilité du projet, à la fois dans la logistique d’avitaillement, le stockage, le retraitement, ainsi que l’impact énergétique sur les moteurs de propulsion.

La Méridionale (Compagnie Méridionale de Navigation)