Défense
Sous-marins australiens : selon Canberra, coûts et délais sont tenus

Actualité

Sous-marins australiens : selon Canberra, coûts et délais sont tenus

Défense

Le programme des futurs sous-marins australiens, confié à Naval Group, vient de faire face à une série de critiques et d’attaques relayées et amplifiées par différents canaux. On a entendu ainsi parler de retards, de surcoûts, de construction partielle (voire totale) en France du premier des 12 sous-marins de la classe Attack. Et même d'abandon ! Mener à bien un tel projet compte tenu des enjeux techniques, financiers et militaires n'est évidemment pas une sinécure, et personne ne s'y attendait d'ailleurs. 

Mais tout s'est médiatiquement emballé dans les sillage des conclusions d’un récent rapport de l'Australian National Audit Office (ANAO), équivalent australien de la Cour des comptes. Un document fort intéressant et précis dont certains éléments ont été mal interprétés, voire à dessein montés en épingle.

C’est le cas par exemple de la partie liée au management des risques, qui explique l’ANAO a conduit le ministère australien de la Défense à prendre différentes mesures, dont « the fabrication of complex hull parts of Future Submarine No.1 in France ». Une phrase ambigüe qui a été souvent mal interprétée. Il n’est en fait pas question de réaliser à Cherbourg une section de coque ou même des anneaux, encore moins le premier sous-marin de la série, affirme-t-on chez Naval Group. « Pour le premier bâtiment, seules quatre pièces seront forgées sur les presses de Cherbourg, à des fins purement d’apprentissage des équipes de Naval Group Australia qui doivent être formées pour leur permettre de réaliser les sous-marins à Adelaide », explique une source proche du dossier. Des pièces spécifiques, comme des cloisons elliptiques et des éléments de raccordement de coque épaisse, qui nécessitent un savoir-faire pointu dont il vaut mieux s’assurer qu’il soit acquis chez et sous la supervision des maîtres de l’art.

L’audit de l’ANAO a également beaucoup fait réagir sur le

Naval Group | Actualité industrie navale de défense Marine australienne | Actualité de la Royal Australian Navy