Défense
Sous-marins brésiliens : Que se passe-t-il à Itaguaí ?

Actualité

Sous-marins brésiliens : Que se passe-t-il à Itaguaí ?

Défense

Alors que le Brésil est confronté à une situation politique et économique très difficile, son programme de nouveaux sous-marins est-il menacé ?  « Le programme n’est pas suspendu. Il suit son cours et nous sommes dans les temps », assure-t-on chez DCNS.

Le groupe français, allié au géant brésilien Odebrecht au travers de la société Itaguaí Construções Navais (59% Odebrecht, 41% DCNS), a signé en 2009 un contrat géant de 6.7 milliards d’euros portant sur la réalisation en transfert de technologie de quatre sous-marins du type Scorpene, ainsi que la construction à Itaguaí d’un chantier flambant neuf et d’une nouvelle base navale. S’y ajoute l’assistance à la conception des parties non nucléaires du premier sous-marin nucléaire d’attaque brésilien. L’ensemble est connu sous le nom de programme PROSUB.

 

La partie avant du S-BR 1 réalisée à Cherbourg (© : DCNS)

La partie avant du S-BR 1 réalisée à Cherbourg (© : DCNS) 

 

Le premier bâtiment bien avancé

Concernant la réalisation du premier Scorpene (S-BR 1), qui devrait prendre le nom de Riachuelo, les travaux ont bien avancé. DCNS a livré en mai 2013 la partie avant du bâtiment. Celle-ci a été réalisée à Cherbourg, où elle a servi de support à la formation des équipes brésiliennes travaillant aujourd’hui à Itaguaí. Depuis, ICN, qui emploie désormais 1300 personnes sur place, a réalisé la coque épaisse de la partie arrière,

Marine brésilienne | Actualité de la Marinha do Brasil Naval Group | Actualité industrie navale de défense