Défense
Sous-marins : Le Pakistan se sépare de ses Daphné français

Actualité

Sous-marins : Le Pakistan se sépare de ses Daphné français

Défense

Les vénérables navires, en service dans la marine pakistanaise depuis 1969 et 1970, ont été désarmés la semaine dernière, marquant la fin d’une époque. Construits par DCN Brest (Hangor), La Ciotat (Shushuk et Mangro) et Dubigeon, à Nantes (Ghazi), ces submersibles de 1000 tonnes en plongée étaient armés de 12 tubes lance-torpilles (8 avant, 4 arrière). Dérivés du type Aréthuse de la Marine nationale, extrapolation des sous-marins de la seconde guerre mondiale, ils avaient hérité de leur aspect spartiate. Onze bâtiments ont été construits pour la France mais deux furent perdus, la Minerve en janvier 1968 et l’Eurydice en mars 1970. Ces drames n’empêchèrent pas le succès du modèle à l’export. L’Afrique du Sud en commanda trois (tous désarmés), le Pakistan trois, l’Espagne quatre (le dernier sera désarmé cette année) et le Portugal quatre également, mais le Cachalote fut vendu en 1975 au Pakistan et devint Ghazi. Le dernier exemplaire français (Psyché) ayant été retiré du service en 1998, passé cette année, il ne restera qu’un ultime sous-marin de la classe Daphné en état de naviguer. Il s’agit du portugais Barracuda, dont la mise en retraite est programmée en 2009.

Le programme des Agosta 90 B

Pour remplacer ses vieux sous-marins, Islamabad a commandé en 1994 trois unités du type Agosta 90B au français Armaris (filiale commune de DCN et Thales). Le premier de série, le Khalid, a été construit à DCN Cherbourg et livré en 1999. A partir du second bâtiment, l’industriel a procédé à un transfert partiel de technologie au profit du chantier de Karachi, qui a assemblé les tronçons fabriqués à Cherbourg. Le Saad est entré en service en 2003. La construction du dernier de la série, le Hamza, a été marquée par un attentat qui a coûté la vie à 11 salariés de DCN, en mai 2002. Ce sous-marin sera le premier à disposer du nouveau système de propulsion auxiliaire en circuit fermé MESMA, un moteur anaérobie qui permet au navire d’augmenter considérablement son autonomie (2000 nautiques à 3,5 nœuds). Avec cet équipement, la longueur des Agosta passe à 76 mètres (contre 67,5 sur le modèle classique). La mise au point du premier MESMA et les effets de l’attentat de Karachi ont entraîné un important retard sur le programme. L’admission au service actif du Hamza n’est plus prévue avant 2007. Les Khalid et Saad seront équipés du nouveau système de propulsion à l’occasion d’une future refonte. Fort de son expérience dans l’assemblage de ces navires, le Pakistan envisagerait par ailleurs de vendre ce type de bâtiments à l’export.