Défense
Soutes pompées, l’USS Guardian sera relevé par des grues flottantes

Actualité

Soutes pompées, l’USS Guardian sera relevé par des grues flottantes

Défense

Le pompage des soutes à combustible de l’USS Guardian, échoué depuis le 17 janvier sur un récif aux Philippines a été mené à bien. L’opération a été réalisée par le Vos Apollo, un remorqueur de la compagnie néerlandaise Vroon Offshore Services. Immatriculé en Malaisie, le navire, affrété par l’US Navy, a assuré les 24 et 25 janvier le pompage d’environ 57.000 litres de carburant contenus à bord du chasseur de mines américain. Cette opération avait pour but de prévenir un risque de pollution devenant de plus en plus important au fil des jours. La coque en bois recouverte d’un revêtement en fibre de verre a, en effet, beaucoup souffert de son échouement sur le récif. Alors que le revêtement a été partiellement arraché sous l’assaut des vagues, notamment sur la patrie tribord de l’USS Guardian, la coque est percée à plusieurs endroits, l’eau ayant envahi une partie du bâtiment. Aucune fuite d'hydrocarbures n'aurait toutefois été détectée, assure la marine américaine.

 

L'USS Guardian sur le récif de Tubbataha (© : US NAVY)

L'USS Guardian sur le récif de Tubbataha (© : US NAVY)

 

Ne pouvant être extrait de cette position en l’état, le chasseur de mines, long de 68 mètres et présentant un déplacement de 1300 tonnes en charge, devra être soulevé par des moyens de levage de forte capacité. A cet effet, deux grues flottantes sont attendues sur zone à partir du 1er février.

On notera que cet échouement continue de faire polémique dans la mesure où l’USS Guardian est planté sur le récif de Tubbataha, au beau milieu d’une zone naturelle classée à l’inventaire de l’UNESCO, qui précise que les écosystèmes du récif abritent plus de 350 espèces de coraux et près de 500 espèces de poissons.

Alors que les navires ne sont pas autorisés à transiter dans ce parc marin protégé, l’US Navy évoque l’hypothèse d’une défaillance des systèmes de navigation du chasseur de mines pour expliquer sa présence à cet endroit. Au moment de l’accident, le bâtiment, en provenance d’Olongapo, transitait par la mer de Jolo pour rejoindre son prochain port d’escale.

 

 

US Navy / USCG Accidents, pollutions