Construction Navale
ABONNÉS

Actualité

Star Cruises envisage de faire construire jusqu’à 10 paquebots du type Global

Construction Navale
Croisières et Voyages

On savait les ambitions du groupe asiatique Genting Hong Kong très importantes pour sa filiale Star Cruises, mais peut-être pas à ce point-là… Précurseur sur le marché asiatique de la croisière, où elle s’est lancée en 1993, la compagnie va bénéficier d’un plan d’investissement colossal. Une première commande de deux paquebots géants (Global Class) de 340 mètres, 204.000 GT de jauge et 2500 cabines, a été notifiée aux chantiers allemands MV Werften (ex-Nordic Yards), rachetés précisément l’an dernier par Genting HK afin de soutenir le développement de son activité croisière. Cette commande, qui doit voir la livraison des navires en 2021 et 2022, est assortie d’une option pour deux unités supplémentaires. Mais ce n’est pas tout. En fait, Star Cruises et sa maison-mère envisagent de faire construire jusqu’à 10 mastodontes de ce type. Ce serait la plus importante série de paquebots de l’histoire de la croisière.

Face à l’essor des vacances en mer, en particulier en Asie, Genting HK a décidé de réagir vigoureusement. Car Star Cruises n’a pas mis en service de navire neuf depuis le SuperStar Virgo (75.300 GT, 935 cabines) en 1998 et les cinq autres unités de la compagnie, les SuperStar Gemini (50.700 GT, 765 cabines), SuperStar Aquarius (51.300 GT, 756 cabines), SuperStar Libra (42.300 GT, 718 cabines), SuperStar Pisces (40.000 GT, 590 cabines) et The Taipan (3400 GT, 32 cabines), sont de taille réduite et commencent à sérieusement à vieillir, puisque ces navires ont été livrés entre 1988 et 1992. 

 

Le SuperStar Virgo (© MER ET MARINE - KEVIN IZORCE)

 

Or, après être restée longtemps leader sur le marché asiatique, Star Cruises voit ses positions fragilisées par le déploiement massif, dans cette région, de paquebots exploités par les compagnies occidentales, qui n’hésitent pas à y baser des navires récents, voire neufs, et de grande taille. Alors que la Chine compte elle aussi se développer sur ce marché, avec des paquebots réalisés localement avec l’aide de Fincantieri et dont le premier doit sortir en 2022, Genting HK va revenir dans le jeu de manière très musclée avec les Global Class. Avec un objectif qui semble assez clair : stopper l’ « invasion » des armateurs occidentaux avec un nouveau produit conçu par des Asiatiques pour les Asiatiques. Il en résulte d’ailleurs des navires à la conception dit-on très différente de ce que l’on voit habituellement chez les opérateurs occidentaux, tant en matière de cabines que d’espaces publics.

 

Global Class (© MV WERFTEN)

 

Avec les Global Class, Star Cruises entend donc reprendre ses positions sur le marché asiatique, mais pas uniquement d’un point de vue « local ». La compagnie travaille en effet au déploiement de ses futurs navires dans d’autres régions du monde, où elle compte emmener sa clientèle et, ainsi, venir concurrencer directement les opérateurs occidentaux (sur les passagers asiatiques) dans leurs bassins d’activité historiques.

Il conviendra en outre de voir comment évoluera Dream Cruises, nouvelle marque que Genting HK développe sur le marché premium chinois. Réalisé par le chantier Meyer Werft de Papenburg, son premier paquebot, le Genting Dream (151.300 GT, 1674 cabines), est exploité depuis novembre dernier au départ de Chine. Son sistership, le World Dream, le rejoindra à la fin de cette année.  

 

Le Genting Dream (© MEYER WERFT)

 

Pour la suite, Genting HK s’appuiera probablement sur MV Werften, qui compte trois chantiers (Wismar, Warnemünde et Stralsund), auxquels s’ajoute Lloyd Werft à Bremerhaven, repris en 2015 par le groupe asiatique. Cet ensemble, également chargé de réaliser les nouveaux navires (fluvial, expédition, paquebots) de la compagnie de luxe américaine Crystal Cruises, rachetée il y a deux ans par Genting, bénéficie d’investissements considérables. L’outil industriel est modernisé et les capacités développées, alors qu’un vaste plan de formation et de recrutement a été initié, tant au niveau des bureaux d’études qu’en production. Pour fortifier MV Werften, Genting met donc le paquet et n’hésite pas à débaucher des professionnels issus des chantiers européens historiquement spécialisés dans la croisière. Il en va de même pour les sous-traitants et grands équipementiers, que le groupe va chercher en Allemagne, en Finlande, mais aussi en Italie et en France, afin de constituer le réseau et les savoir-faire indispensables à la réalisation de navires de croisière.

 

Le chantier de Wismar (© MV WERFTEN)

Genting (MV Werften, Star Cruises)