Construction Navale
STX Finlande lance la construction d'un ferry au GNL

Actualité

STX Finlande lance la construction d'un ferry au GNL

Construction Navale

STX Finlande a lancé la construction d'un nouveau ferry de croisière commandé par la compagnie finlandaise Viking Line. La découpe de la première tôle est intervenue le 28 septembre au chantier de Turku. Long de 214 mètres pour une jauge de 57.000 tonneaux, le futur navire, qui doit être exploité entre la Finlande et la Suède, sera servi par 200 membres d'équipage et pourra transporter 2800 passagers. Ses garages comprendront 1275 mètres linéaires pour les camions et un pont séparé pour les véhicules (500 mètres linéaires supplémentaires). Mais la grande particularité de ce ferry, prévu pour être livré début 2013, est qu'il est conçu pour fonctionner avec du Gaz Naturel Liquéfié (GNL). Ce mode de propulsion, qui n'est pour l'heure en service que sur de petites unités côtières, n'a encore jamais été intégré sur un navire à passagers de cette taille, amené à effectuer de longues traversées. « Le nouveau ferry de Viking Line sera considéré comme le ferry le plus respectueux de l'environnement jamais construit. Les rejets et la pollution en mer ont été totalement éliminés, et les émissions de gaz seront significativement moins élevées que sur tous les autres navires de ce type dans le monde », souligne STX Finlande. Pour le constructeur, qui n'avait plus de navire en construction depuis la livraison du paquebot Allure of the Seas, il y a un an, ce projet est de première importance, bien entendu pour le plan de charge, mais aussi en termes d'innovation.

Découpe de la première tôle, le 28 septembre (© : STX EUROPE)
Découpe de la première tôle, le 28 septembre (© : STX EUROPE)

Le futur navire de Viking Line (© : VIKING LINE)
Le futur navire de Viking Line (© : VIKING LINE)

Un enjeu technologique considérable

En effet, face aux règlementations toujours plus sévères en matière de rejets, le GNL semble l'une des solutions les plus prometteuses pour l'avenir des grands navires à passagers. Cette voie, qui impose de nouvelles solutions techniques en matière de stockage et de sécurité, va aussi nécessiter une évolution de la règlementation. Car l'exploitation de grands ferries hauturiers propulsés intégralement au GNL n'existe actuellement pas. C'est pourquoi, selon certaines sources chez STX, ce premier modèle ne fonctionnerait pas uniquement au GNL, qui sera stocké dans deux réservoirs à la poupe, mais disposerait d'une propulsion hybride (carburant conventionnel ou gaz).
Pour de futurs navires, ingénieurs et armateurs espèrent pouvoir, dans quelques années, disposer d'unités fonctionnant intégralement au GNL. Dans cette perspective, les Finlandais semblent prendre une certaine avance. Mais ils ne sont pas les seuls à s'intéresser au sujet. En France, cette piste est aussi explorée par Brittany Ferries et les chantiers STX de Saint-Nazaire. L'objectif est, notamment, de trouver une solution aux redoutables contraintes que va provoquer l'entrée en vigueur, le 1er janvier 2015, de l'annexe 6 de la convention MARPOL. Ce texte va imposer des zones d'émissions contrôlées de soufre (SECA) couvrant la Manche, la mer du Nord et la Baltique. Dans ces secteurs, l'utilisation d'un carburant dont la teneur en soufre ne sera que de 0.1% (contre 1% depuis le 1er juillet 2010) va être obligatoire. Cela revient, purement et simplement, à imposer aux armateurs d'abandonner le fuel - dont il n'existe pas de variante répondant aux critères imposés - pour passer au gasoil, un carburant considéré aujourd'hui comme trop onéreux pour maintenir la rentabilité des armements.

Le futur navire de Viking Line (© : VIKING LINE)
Le futur navire de Viking Line (© : VIKING LINE)

Meyer Turku (ex-STX FINLAND)