Construction Navale

Fil info

STX France : Communiqué de l'intersyndicale après une rencontre à Bercy

Construction Navale

A la demande de l’intersyndicale CFE-CGC, CGT, CFDT, une réunion s’est tenue le 23 février, à Bercy, avec M. Beauvallet directeur de cabinet du secrétaire d’Etat à l’industrie.

A la demande de l’intersyndicale CFE-CGC, CGT, CFDT, une réunion s’est tenue le 23 février, à Bercy, avec M. Beauvallet directeur de cabinet du secrétaire d’Etat à l’industrie.

Au cours de cette réunion, les représentants CFE-CGC, CGT et CFDT ont rappelé avec force leurs exigences communes pour la pérennité du chantier :

 

- Maintien de l’activité sur Saint Nazaire y compris la diversification.

- Maintien sur Saint-Nazaire de toutes les compétences (pas de chasse aux doublons)

- Maintien et développement du plan d’embauche

- Maintien sur Saint-Nazaire du réseau de sous-traitance, jusqu’au rang 3

- Pas de transfert d’activité pour les contrats signés par Saint-Nazaire

- Garanties sur les salaires et le statut des salariés

- Protection de la propriété industrielle, intellectuelle, et au-delà, de notre savoir-faire

- Garantie sur les investissements

- Garantie que les résultats seront réinvestis sur le site et dans la politique RH

- Séparation du financement des navires entre St Nazaire et Fincantieri

 

Tout cela doit s’inscrire soit dans le pacte d’actionnaires, soit dans les accords/engagements entre les actionnaires et nous demandons donc également :

 

- Garanties de transparence : les élus doivent avoir accès à ces documents.

- Garanties quant à la représentation des salariés et syndicats au conseil d’administration

- Mission d’expertise pour permettre au CE de se forger une opinion

Le représentant du gouvernement nous a informé:

- Qu’à ce stade, il n’y avait pas encore d’accord formel entre le juge coréen et Fincantieri.

- Que cet accord serait imminent, ce qui ouvrira la voie à la procédure d’information/consultation du CE.

- Que l’Etat maintient sa demande que Fincantieri ne soit pas majoritaire et affirme que le droit de préemption de l’Etat constitue un levier qu’il n’exclut pas d’utiliser le cas échéant.

 

Devant cette position, l’intersyndicale CFE-CGC, CGT, CFDT a rappelé fermement que pour nos trois organisations syndicales, la composition de l’actionnariat ne saurait à elle seule apporter les garanties exigées et qu’il faut des engagements fermes et transparents sur la stratégie industrielle, commerciale, et sociale.

Nous avons obtenu qu’une nouvelle réunion se tienne dès que la procédure d’information/consultation sera lancée. 

Il est désormais urgent que Fincantieri informe les salariés de sa stratégie industrielle, commerciale et sociale.

L’intersyndicale CFE-CGC, CGT, CFDT lui a transmis cette demande par l’intermédiaire de la Direction.

 

Communiqué de l'intersyndicale CFE-CGC, CGT, CFDT, 24/02/17