Energies Marines
STX France construit un nouveau pôle industriel dédié aux énergies marines

Actualité

STX France construit un nouveau pôle industriel dédié aux énergies marines

Energies Marines

Un espace de plus de 12.000 m², dont la moitié couvert, avec deux nouveaux ateliers et une aire de pré-montage. Connu chez STX France sous le nom de code « Anemos », le nouveau pôle dédié aux énergies marines renouvelables (EMR) sera opérationnel au printemps prochain. Les travaux, confiés au groupe de construction SNC Lavalin, débuteront à la fin de l’été. Ces nouvelles capacités industrielles vont permettre au chantier nazairien de disposer d’un site de construction spécialisé et adapté aux projets visés. « C’est la première fois depuis 10 ans que nous allons construire ici un nouvel atelier. Cela signifie que nous croyons dans notre industrie et, notamment, que nous pouvons être présents et efficace sur le marché des EMR », souligne Laurent Castaing, directeur général de STX France.

 

 

Le futur pôle EMR (© STX FRANCE)

Le futur pôle EMR (© STX FRANCE)

 

 

En attente de réponse sur une dizaine d’appels d’offres

 

 

Dans le cadre de sa stratégie de diversification, l’entreprise s’intéresse depuis plusieurs années aux énergies marines, pour lesquelles elle a remporté ses premiers contrats. D’abord, une fondation métallique de type jacket pour le prototype de l’Haliade 150, l’éolienne offshore de forte puissance développée par Alstom. Après la livraison de cette imposante structure, fin 2012, Saint-Nazaire s’est vu confier par l’énergéticien danois Dong la réalisation d’un équipement encore plus impressionnant, en l’occurrence une sous-station électrique de champ éolien offshore. Celle-ci a été livrée le mois dernier et est aujourd’hui installée et opérationnelle au large des côtes britanniques. Ces premières réalisations, menées à bien avec succès, sont considérées comme très encourageantes par la direction de STX France. Forte de ces références, l’entreprise française commence à se faire connaître sur le marché et a répondu à de nombreux appel d’offres. Ayant aujourd’hui une bonne dizaine de fers au feu, elle compte bien engranger de nouveaux contrats d’ici la fin de l’année et a décidé d’anticiper les bonnes nouvelles.

 

 

Sous-station électrique dans un champ éolien offshore (© STX FRANCE)

Sous-station électrique dans un champ éolien offshore (© STX FRANCE)

 

 

« Le risque c’est surtout d’être toujours en retard » 

 

 

« C’est une décision d’entrepreneur qui parie sur le développement d’un secteur. Elle témoigne de notre conviction que les énergies marines renouvelables constituent un marché à fort potentiel en Europe et sur lequel STX France sera un acteur un acteur industriel de référence. On constate aujourd’hui, dans le domaine des EMR, un flux important d’appels

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire